Eco et Business › Agro-industrie

Filière riz : le Cameroun veut porter sa production à 750 000 tonnes d’ici 2030

 

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural (Minader), Gabriel Mbairobe, a présidé le 16 mai dernier à Yaoundé, l’atelier de validation de la stratégie de développement de la filière riz.

Le Cameroun veut aménager 60 000 ha pour le riz irrigué et 200 000 ha pour le riz pluvial et produire 6000 tonnes de semences certifiées par an d’ici 2030. Par ailleurs, le gouvernement prévoit doter les producteurs et productrices dans divers bassins de productions de motoculteurs, de mini-moissonneuses, de batteuses et de décortiqueuse

Des résolutions qui ont été énoncées le 16 mai au cours d’un l’atelier de validation de la stratégie de développement de la filière riz présidé par le ministre de l’agriculture. L’objectif de cette stratégie est de booster la production locale du riz et rendre résiduelles les importations qui dominent actuellement le marché. Le pays espère, en effet, porter sa production à 750 000 tonnes d’ici 2030 afin de ramener le taux d’autosuffisance à 97%.

« L’objectif, loin d’être de produire seulement, est de rendre disponible sur les marchés un riz de haute qualité à des prix compétitifs. Cela passe par la modernisation des moyens de production via la mécanisation agricole, la réorganisation des acteurs de la filière, mais davantage de l’implication du secteur privé en amont et en aval », a déclaré Gabriel Mbairobe.

Le coût global de la stratégie est évalué par le Minader à 385 milliards de FCFA, dont 298 milliards de FCFA pour les périmètres irrigués et 87 milliards de FCFA pour les autres biens et services. Les fonds seront mobilisés auprès des partenaires au développement, du secteur privé et du budget d’investissement public.

Il faut souligner que, le pays ne parvient pas encore à satisfaire la demande locale en matière de riz estimée à 600 000 tonnes. Et pour combler le déficit évalué à plus de 200 000 tonnes, l’État a recours aux importations.

Des importations qui lui ont coûté pour le compte de l’année 2021, 207,974 milliards de FCFA pour une quantité importée de 776 601 tonnes contre 591 597 tonnes en 2020 évaluée à 159,871 milliards de FCFA. Soit une hausse de 185 004 tonnes (31,3%) en un an.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top