› Eco et Business

Fiscalité: Yaoundé a son centre pour petites entreprises

Deux années après le centre pilote de la capitale économique, le gouvernement renouvelle l’expérience avec un centre similaire dans la capitale politique du pays

Le ministre camerounais Alamine Ousmane Mey des finances a inauguré vendredi 5 juillet dernier le nouveau centre pilote des impôts spécialement prévu pour les contribuables petites entreprises de la ville de Yaoundé. Dans cette catégorie, on classe ceux qui réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 100 millions de FCFA. «Je voudrais préciser que l’inauguration de ce jour rentre dans le processus de réformes engagées depuis 2004 à travers une réorganisation de la gestion des contribuables, pour se détacher de la gestion qui était organisée autour du type d’impôt et aller vers les catégories de contribuables», a expliqué le ministre Mey dans son discours de circonstance. Le centre inauguré récemment a été créé le 7 mars 2013 par le ministre Mey et a trouvé des locaux pour sa phase pilote au quartier Etoa Meki à Yaoundé, à l’endroit qu’occupait précédemment la Caisse de Stabilisation des Prix des Hydrocarbures. Dans son discours, le ministre a tenu aussi à faire ressortir le fait que le début effectif de la mise en place d’un cadre propre aux petits contribuables participait de la volonté de faciliter les déclarations fiscales de ceux-ci. Selon le rapport Doing Business 2012, on perd encore l’équivalent de près de 120 jours par année pour sa déclaration fiscale, ce qui pour les petites organisations qui ne peuvent bénéficier de l’accompagnement des cabinets d’experts a un coût énorme. «L’amélioration de la qualité de service offert aux contribuables influera sur le comportement de ceux-ci», a commenté le ministre

Pour cette catégorie de contribuable de la ville de Yaoundé, plusieurs avantages sont aujourd’hui à l’ordre du jour. Il y a tout d’abord une simplification de la procédure et des obligations fiscales. Pour le gouvernement il y a aussi de gros avantages en ce qu’il aura en sa possession un meilleur paysage de l’environnement avec la division des grandes entreprises, celle des moyennes entreprise et aujourd’hui celle des petites entreprises dans les deux grandes villes du pays. Derrière le côté solennel de l’évènement, on possède peu d’informations sur la pertinence globale d’une telle initiative. La question du coût des centres spécialisés pour les petites entreprises et l’efficience dans la collecte budgétaire reste à démontrer. Dans le même temps certains analystes pensent que si le projet de centres spécialisés pour petites entreprises règlera le problème de la prise en charge, il n’est qu’une solution partielle. « Le vrai problème avec la fiscalité des petites entreprises au-delà du cadre de collecte des contributions c’est le crédit inter entreprise. Dans la chaîne de paiement les délais ne sont pas toujours respectés et le meilleur cadre ne permettra pas de résoudre les difficultés à honorer une échéance si on ne possède pas les liquidités » faisait remarquer l’ingénieur financier Babissakana lors d’une discussion télévisée sur le sujet.

Alamine Ousmane Mey Ministre camerounais des finances

name-list.net)/n

À LA UNE
Retour en haut