Santé › Actualité

Fonds pour le Sida, la tuberculose et le paludisme: Le rapport qui accable

Un rapport d’audit sur la gestion des sommes remises au Cameroun sur la période 2003 à 2009, fait ressortir des manquements jugés sérieux

L’organisation des Fonds Mondiaux pour la lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, a décidé de rendre public ses rapports d’audit sur l’utilisation de l’argent mis par elle à la disposition de certains pays pour mener le combat contre ces maladies. Dans le rapport d’audit qui concerne le Cameroun et l’utilisation que ses dirigeants ont fait des liquidités à eux remis par l’organisation, il apparaît que de nombreuses irrégularités ont entaché l’exécution des dépenses, notamment entre 2003 et 2009. « Bien qu’on ait relevé des exemples de bonne pratique dans la gestion des fonds, il apparaît que sur certains points cette gestion et son contrôle auraient pu être renforcés », indique le rapport daté d’octobre 2010. Toutefois, le rapport d’audit s’est refusé toute liaison avec l’affaire opposant aujourd’hui l’Etat du Cameroun contre l’ancien ministre de la santé publique, Urbain Olanguena Awono et ses anciens collaborateurs dans les programmes paludisme, sida et tuberculose, en détention depuis 2008 dans le cadre de l’opération de lutte contre la corruption et la distraction des fonds publics. « Nous avons appris qu’un ministre responsable de la santé et ses principaux collaborateurs dans les programmes, ont été inculpés dans une affaire de détournement des fonds PPTE. Lorsque ces responsables ont été arrêtés, ils étaient aussi en charge de la gestion des Fonds Mondiaux. Nous avons cherché à obtenir le rapport d’accusation pour savoir si nos fonds étaient concernés par l’acte d’accusation ou si de tels risques existaient. N’ayant pas eu accès à ce rapport d’accusation, il nous est difficile de nous prononcer si oui ou non ces responsables sont poursuivis pour avoir aussi détourné l’argent des Fonds Mondiaux.

Pourtant le rapport d’audit par endroit est accablant. Au niveau du ministère de la santé publique, l’audit relève que les responsables en charge de gérer les fonds, ne respectaient pas les règles de la dépense et que de nombreuses initiatives présentées comme étant faites, ont du mal aujourd’hui à être prouvées. Les livres de comptabilités n’étaient pas tenus et mis à jours, de salaires colossaux étaient payés aux équipes sans l’accord préalable du bailleur de fonds. Au total, huit griefs sont fait à l’encontre de la gestion au niveau ministère. La complainte la plus importante est celle établie au niveau du programme de lutte contre le paludisme. Le rapport d’audit relève surtout d’importants délits d’initié. Il a établi que le cabinet comptable en charge d’accompagner le programme appartenait au frère du responsable du moment. Il a aussi établi qu’un marché différent avait été donné à l’épouse d’un autre membre du staff du programme. Au comité national de lutte contre le Sida, il est mis en évidence, le fait que la facture de certains produits achetés à la Cename, une autre structure sous tutelle du ministère de la santé publique et en charge de l’achat des médicaments, a été surévaluée. Les Fonds Mondiaux disent aujourd’hui réclamer près 1,5 milliards à cette structure. Le rapport d’audit incrimine aussi le non payement de près de 800 millions de francs CFA de subvention, à des hôpitaux impliquées dans le processus de dépistage gratuit. Le rapport d’audit indique que son souci premier n’est pas d’activer le mécanisme judiciaire, mais plutôt de faire en sorte que la gestion des prochains Fonds soit plus efficiente. Sur 149 pages, le rapport donne des détails sur les points opaques de la gestion de l’argent destiné à la lutte contre des fléaux qui tuent au Cameroun. Difficile de savoir quelle est la version des gestionnaires incriminés. Mais cela risque de jouer en leur défaveur dans le cadre du procès auquel ils font face aujourd’hui.

De nombreux manquements signalés dans la gestion des fonds de lutte contre Sida, la tuberculose et le paludisme au Cameroun
journal du Cameroun)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé