Sport › Football

Football : les 21 Camerounais de Ligue 1 sont d’attaque

Simon Ngapandouetnbu, gardien de but à l'Olympique de Marseille

L’élite du football en France a entamé la saison 2020/2021 le week-end du 23 août, avec dans les rangs de nombreux joueurs d’origine camerounaise. Si les Toko Ekambi, Stéphane Bahoken, Oyongo Bitolo sont des habitués, les jeunes comme Enzo Ebossé, Dina Ebimbé, Ahmad Ngouyamsa et bien d’autres découvrent le championnat de première division français cette année. Présentation

 

Simon Ngapandouetnbu (17 ans), Olympique de Marseille, gardien de but

Simon Ngapandouetnbu a signé son premier contrat professionnel le 11 octobre 2019, à seulement 16 ans. Né à Foumban, au Cameroun, le jeune gardien a grandi à Marseille et rejoint l’OM en U12 (moins de 12 ans). « C’est incroyable. Je n’arrive pas à y croire parce que l’année dernière, j’étais en U17, je les regardais à la TV et aujourd’hui ils sont devant moi », a encore confié la pépite camerounaise, visiblement très ému lors de la signature de son contrat professionnel. « Je parle avec eux comme s’ils étaient des collègues et on se connaissait depuis longtemps. ».

C’est que déjà pendant l’été 2019, il était régulièrement appelé dans le groupe professionnel pour les stages de préparation. André Villas-Boas le retenait également fréquemment dans le groupe aux côtés de Steve Mandanda et Yohann Pelé. Dans la hiérarchie des portiers olympiens, il est considéré comme le numéro 3. Très bon sur sa ligne, aérien, explosif comme un félin et désormais habile au pied, Simon Ngapandouetnbu a un bel avenir devant lui et l’OM l’a bien compris.

Enzo Ebossé (21 ans), Angers, latéral gauche

Un nouveau challenge s’est offert à Enzo Ebossé pendant l’intersaison. Passé par le RC Lens et plus récemment par Le Mans, le jeune arrière gauche Franco-Camerounais (né le 11 mars 1999 à Amiens d’un père camerounais et d’une mère française) s’est engagé avec Angers SCO jusqu’en 2023. Il a découvert la Ligue 1 lors de la première journée face à Dijon. Il est entré en jeu à la 67e min, à la place de Doumbia, blessé. En un peu plus de 23 minutes passées sur l’aire de jeu. Il a, grâce à sa technique et sa solidité défensive, montré qu’il avait le niveau de la Ligue 1, contribuant ainsi à la victoire de son équipe à l’extérieur (1-0). Mais c’est du banc des remplaçants qu’il a assisté à la défaite des siens lors de la réception de Bordeaux (0-2).

Enzo Ebosse

Ahmad Touré Ngouyamsa Nounchilli (19 ans), Dijon, latéral droit

Ahmad Ngouyamsa, défenseur camerounais de 19 ans, a signé son premier contrat professionnel avec Dijon en juin 2019. Il a dans un premier temps intégré la réserve du club. Ce jeune joueur s’était montré décisif avec une « touche à la dijonnaise » lors de son seul match en Ligue 1 joué la saison dernière, contre Lille au mois de janvier. S’il s’est montré à la hauteur lors de la réception d’Angers en match d’ouverture de la saison 2020/2021, il a été en grande difficulté face à Lyon, lors de la deuxième journée. En déplacement au Groupama Stadium, face à la vélocité des attaquants Lyonnais, il a concédé un penalty et a très vite été dépassé par la puissance Memphis Depay. Il a été remplacé à la 57ème minute. On en vient à souhaiter au natif de Foumban (né en décembre 2000) le meilleur pour la suite de la saison.

Wilitty Younoussa (19 ans), Dijon, milieu défensif

L’ancien international cadet camerounais issu de l’AS International Football Académie de Yaoundé s’est engagé en janvier dernier avec Dijon jusqu’en juin 2022. Le club Bourgogne s’est réjoui d’accueillir un nouveau joueur formé dans la même académie qu’Ahmad Touré Ngouyamsa qui a largement réussi ses premiers pas en Ligue 1 cette saison. « C’est un milieu de terrain box to box, au petit gabarit, qui court longtemps et qui a la capacité de casser les lignes, décrit Loïc Chalier, membre de la cellule de recrutement, sur le site du club. C’est un jeune qui est à l’écoute, travailleur et qui a un talent que l’on devra peaufiner ». Si son compère Ngouyamsa a disputé les deux premiers matchs de la saison, Wilitty Younoussa devra encore travailler pour se faire une place de titulaire.

Eric Junior Dina Ebimbé (19 ans), Dijon, milieu offensif

Titulaire dans l’entrejeu Dijonnais lors de la réception d’Angers et du déplacement à Lyon, le jeune Franco-camerounais (né en France de parents camerounais) a montré l’étendue de son talent prometteur. Loin d’être le plus connu des joueurs formés au PSG, Dina Ebimbé en est, de l’avis de plusieurs formateurs, une des valeurs sûres. La saison dernière, Dina Ebimbé avait été prêté au Havre, où il avait inscrit trois buts et délivré une passe décisive en 25 matches sous les ordres d’un certain Paul Le Guen. A Dijon, il est en prêt d’un an avec option d’achat. En ce début de saison, Il est présenté par de nombreux observateurs du football français comme un joueur à suivre.

Eric Junior DIna Ebimbe

Hiang’a Mananga Mbock (20 ans), Brest, milieu défensif

Hiang’a Mananga Mbock est un footballeur Franco-camerounais né le 28 décembre 2000 de parents camerounais. Formé à Brest, il a découvert la Ligue 1 la saison dernière en disputant deux matchs pour un but. Le contrat qui le liait à son club étant arrivé à son terme, il a prolongé son bail pour quatre nouvelles saisons. Il est désormais lié à Brest jusqu’en 2024. « Je suis heureux de la confiance que le club m’a témoigné. À la base, j’avais une option de prolongation de deux ans et au final, on m’en propose quatre. Je suis content parce que ça veut dire que les coaches et les dirigeants ont été satisfaits de mon travail au quotidien cette saison. L’histoire continue et j’espère qu’elle sera belle », a confié le numéro 28 du club breton à la signature de ce nouveau contrat. Ce colosse demi-défensif de 1,86 m  n’est autre que le petit frère de l’internationale française Griedge Mbock.

Yvan Neyou Noupa (23 ans), Saint-Etienne, milieu relayeur

Yvan Neyou Noupa est la belle surprise de ce début de championnat en France. Samedi dernier à Lorient, le milieu relayeur de Saint Etienne a rayonné. Il a été aussi rayonnant qu’à son entrée en jeu en finale de Coupe de France. Vraiment facile avec le ballon, il a failli marquer, de loin (32e). Et failli se faire expulser, aussi… en fin de partie, il a été remplacé par Rivera.

Débarqué un peu à la surprise générale à l’AS Saint-Etienne, en provenance du FC Braga au Portugal, le natif de Douala a fait sensation lors de la finale de la Coupe de France perdue face au Paris Saint-Germain (1-0), le 24 juillet dernier au Stade de France. Entré en jeu à la pause, le milieu de terrain camerounais a impressionné pour sa première sortie officielle sous les couleurs Saint Etienne. Il connaît bien la France pour avoir été formé à INF Clairefontaine. Au vu de son potentiel, il va certainement toquer à la porte des Lions indomptables lors des prochains regroupements.

Yvan Neyou Noupa

Loic Soh Mbe (19 ans), PSG, défenseur central

Il est certainement l’un des joueurs les moins connus du Paris Saint Germain, pourtant il figurait bien sur la feuille de match de la finale de la Ligue des champions perdue face au Bayern, le 23 août dernier. Formé au PSG, Loïc Mbe Soh n’a plus qu’un an de contrat avec le club de la capitale. Et il pourrait filer librement. Des clubs de Liga et d’outre-Manche sont intéressés par le profil du jeune défenseur central.

Le natif de Sousa, né le 13 juin 2001, vit certainement ses dernières semaines dans son club formateur. En fin de contrat dans un an, le Franco-Camerounais ne devrait pas prolonger, informe L’Équipe. Cadix, tout juste promu en Liga, et Majorque, tout juste relégué, auraient fait savoir leur intérêt. Idem pour Norwich et Middlesbrough, clubs de Championship en Angleterre. Mbe Soh n’a joué qu’un seul match de Ligue 1 la saison passée (contre Reims, défaite 0-2). S’il a véritablement découvert le football à son arrivé en France à l’âge de huit ans, comme attaquant, il est aujourd’hui un jeune défenseur prometteur.

Harold Moukoudi (22 ans), AS Saint Etienne, défenseur central

En prélude à la finale de Coupe de France qui se disputait le 24 juillet 2020, le défenseur camerounais Harold Moukoudi avait fait son retour à Saint-Étienne 11 jours plutôt, cinq mois et demi après son départ, en prêt (sans option d’achat) à Middlesbrough, en Championship (Division 2 anglaise). Qu’importe si lors de cette finale Saint Etienne s’était incliné (0-1), face au PSG. Harold Moukoudi qui avait fait son entrée à la 33ème minute s’était montré assez solide face aux stars parisiennes. N’entrant pas trop dans les plans de son entraîneur Claude Puel, il n’a pas pu disputer de match lors des deux premières journées de championnat. Il est fort probable qu’il soit transféré dans un autre club avant la fin du marché des joueurs. Pour rappel, il est lié à l’AS Saint-Étienne jusqu’en juin 2023 et son coût est évalué à 3,2 M€.

Sur la scène internationale, le natif de Bondy (le 27 novembre 1997), a reçu 10 sélections avec l’équipe de France des moins de 16 ans, une sélection avec les -17 ans, et trois chez -18 ans. En 2019, influencé par ses parents camerounais, l’ancien joueur du Havre a décidé de rejoindre les Lions Indomptables. Le 12 octobre 2019, il a fêté sa première sélection avec le Cameroun à la faveur d’un match amical face à la Tunisie.

Harold Moukoudi

Jean-Charles Castelletto (25 ans), FC Nantes, défenseur central

Après trois saisons bien remplies avec Brest, le défenseur central Franco-camerounais a été transféré pendant l’intersaison au FC Nantes. Il est lié à ce club jusqu’en 2023. Auteur d’une belle saison en Ligue 1 (24 matches, 1 but), l’ancien joueur du FC Bruges a facilement conquis le club des bords de l’Erdre. Mais face à la rude concurrence à son poste avec les tauliers Pallois et Girotto, il devra cravacher pour se faire une place de titulaire.

Né le 23 janvier 1996 à Clamart, en région parisienne, d’un père français et d’une mère camerounaise, Jean-Charles Castelletto a joué dans toutes les catégories jeunes des équipes de France. Profitant des règlements de la Fifa sur le statut des binationaux, il a demandé et obtenu le changement de nationalité sportive en 2017. Depuis lors, le joueur formé à l’AJ Auxerre compte une sélection avec le Cameroun.

Jean Charles Castelleto

Tristan Dingomé (29 ans), Reims, attaquant

Né à Ulis en région parisienne le 17 février 1991, d’un père camerounais, Tristan Dingomé commence le football à l’âge de 8 ans. Repéré à 15 ans dans le club de Palaiseau, il signe à l’As Monaco en 2006, et intègre alors le centre de formation monégasque. Promis à un bel avenir, Tristan Dingomé tarde à concrétiser les espoirs qui placés en lui, quand il a signe son premier contrat professionnel en 2010, son ascension étant hachée par les blessures.

Face à une forte concurrence, il quitte la Principauté le 2 août 2013 pour un prêt d’une saison au Havre AC, après avoir prolongé son contrat d’un an avec son club formateur. Il obtient un temps de jeu conséquent et est titulaire régulier au sein de l’équipe d’’Erick Mombaerts pendant la première partie de la saison. Puis, il va migrer dans deux autres clubs (Royal Mouscron, en Belgique et Troyes en Ligue 2) avant de se fixer à Reims. Présélectionné en équipe nationale du Cameroun, à la veille de la Can 2019, il n’a pas pu honorer sa convocation à cause d’une vilaine blessure.

Franklin Wadja (25 ans), FC Lorient, milieu défensif

Lorient a fêté son retour en Ligue 1 de fort belle manière en venant à bout de Strasbourg. Le demi-défensif camerounais Franklin Wada, en entrant en jeu à la 71ème minute à la place de Lemoine, a contribué à cette victoire. Avant de découvrir l’élite du football français cette saison, le natif de Douala (le 30 novembre 1994) a évolué dans les catégories inférieures. Formé au centre de formation des Chamois Niortais Fc, Franklin Wadja part évoluer à Fontenay, dans le championnat de France amateur, durant deux saisons avant de s’engager avec FC Lorient en juin 2017. Lors de sa première saison alors que FC Lorient vient de descendre en Ligue 2, il participe sous les ordres de Michael Landreau à 32 rencontres, mais son club termine sur une décevante sixième place. Souvent blessé la saison dernière, il n’a disputé que sept matchs. Néanmoins suffisant pour contribuer à la remontée du club breton, avec lequel il est sous contrat jusqu’en 2022.

Aurélien Tchouaméni (20 ans), As Monaco, milieu défensif.

Titulaire lors des deux premières journées, Aurélien Tchouaméni souhaite franchir une étape dans sa jeune carrière, en s’imposant dans l’entrejeu à l’As Monaco où il est arrivé en janvier 2020 en provenance de Bordeaux, son club formateur. «C’est un joueur que nous suivons depuis longtemps et qui a démontré beaucoup de qualités sous les couleurs de Bordeaux. Son arrivée s’inscrit dans notre stratégie de progression de joueurs à fort potentiel.» Ce sont par ces mots, publiés sur le site Internet de l’ASM, qu’Oleg Petrov, vice-président du club de la Principauté, a accueilli Aurélien Tchouaméni. Le jeune milieu de terrain de 20 ans a signé un contrat jusqu’en juin 2024. Fils d’un ancien footballeur camerounais, il a été international français chez les U20, mais peut encore prétendre, au vu des textes de la Fifa sur le statut des binationaux, jouer pour le Cameroun.

Aurélien Tchouameni

Adrien Tameze (26 ans), Nice, milieu relayeur

Prêté en début d’année à l’Atalanta Bergame, le milieu relayeur Franco-Camerounais n’a pas pu disputer huit matchs en Serie A, pour que le club italien lève l’option d’achat, comme le stipulait son contrat. N’entrant toujours pas dans les plans de l’entraîneur niçois Patrick Viera, il devrait retrouver un autre point de chute. Pour l’instant, il se rapprocherait de l’Hellas Vérone. Selon les informations de Sky Italia, la formation de Serie A a trouvé un accord avec les Aiglons pour un transfert du natif de Lille. Les deux clubs se seraient entendus pour un transfert définitif, dont le montant n’a pas encore filtré. Un temps courtisé par Samuel Eto’o pour qu’il rejoigne les Lions Indomptables, sous l’ère Clarence Seedorf, Adrien Tameze a jusqu’ici repoussé l’offre. A 26 ans révolus, il n’a plus beaucoup de temps pour donner une orientation à sa carrière internationale.

Stéphane Bahoken (28 ans), Angers, attaquant

Stéphane Bahoken a connu une saison 2019/2020 assez mitigé. Souvent blessé, il a disputé 20 matchs et inscrit quatre buts. Indisponible à Dijon le 23 août 2020 pour le premier match de saison d’Angers, le fils de l’ex-gloire des Lions indomptables Paul Bahoken a effectué son retour dans le groupe mardi 26 août, dans la perspective de pouvoir jouer contre Bordeaux, dimanche dernier. Mais l’international camerounais qui était touché à une cuisse a été jugé très juste par son entraîneur pour affronter les Girondins. Au vu de son potentiel, il devrait s’imposer progressivement comme titulaire, afin d’aider de son club qui s’est montré très amorphe lors de ses deux premières sorties en championnat.

Ignatius Ganago (21 ans), Lens, attaquant

Titulaire sur le front de l’attaque de Lens lors de la première journée, la recrue la plus chère de l’histoire du club (6 millions d’euros) a montré suffisamment d’envie face à Nice. S’il a pu obtenu un penalty, Ignatius Ganago a péché dans la finition. L’ancien stagiaire de l’Ecole de football des Brasseries du Cameroun s’est éteint au fur et à mesure, jusqu’à être remplacé par Banza.

Sur son recrutement, de nombreux supporters lensois s’interrogent sur les qualités de ce jeune joueur qui n’a inscrit que trois buts en 26 matchs de Ligue avec Nice. Formé en tant que pur numéro 9, l’international camerounais n’a pourtant disputé que deux matches à ce poste avec Nice. Ses coaches, Patrick Vieira et Lucien Favre, préféraient le faire jouer sur un côté. Ce qui peut expliquer son non épanouissement au sein des Rouge et Noir.

« À sa décharge, il a toujours dépanné et n’a jamais été réellement lancé par ses entraîneurs. Et il a souvent joué sur un côté, poste qui ne lui convient pas. C’est un avant-centre pur », confirme Alexandre de Castro, journaliste chez RMC Sport. Espérons que le message de ce journaliste sera entendu par l’entraîneur lensois.

Ignatius Ganago

Karl Toko Ekambi (27 ans), Olympique Lyonnais, attaquant

Il y a quelques jours, pour ses occasions ratées face au Bayern Munich en demi-finale de la Ligue des Champions, Karl Toko-Ekambi a dit stop aux moqueries dans les colonnes de l’Equipe : « Je trouve que c’était trop poussé, notamment envers moi, d’ailleurs. Quand c’est moi, les occasions loupées, c’est moi qui ai eu des ratés. C’est l’OL qui a vendangé, et quand c’est le PSG, c’est Neuer qui a été grandiose. Neuer a fait les mêmes arrêts dans les deux matchs, mais les commentaires n’ont pas été les mêmes, c’est assez dommage. C’est comme ça, c’est la vie, mais nous, on est très heureux de notre parcours ».

Titulaire sur le front de l’attaque en championnat face à Dijon lors de la deuxième journée de Ligue 1, le champion d’Afrique 2017 a raté trop d’occasions, (4e, 9e, 51e, 54e). Alors oui, il a beaucoup bougé pour créer le danger mais la précision n’était pas du tout au rendez-vous. Pour taire définitivement les critiques, l’international camerounais gagnerait être plus efficace.

Ambroise Bitolo Oyongo (29 ans), Montpellier, latéral gauche

L’international camerounais de Montpellier n’a pas débuté la rencontre face à Rennes dimanche dernier. Il est entré au jeu à la 62e minute, et a apporté sa fougue et la précision de ses centres. C’est d’ailleurs sur un centre d’Ambroise Oyongo que Gaetan Laborde, d’une tête croisée, a trompé le portier Romain Salin. Mais à la fin, le club héraultais s’est incliné 1-2. L’addition aurait même pu être plus lourde, les Rennais ayant touché par trois fois les montants du nouveau portier suisse Jonas Omlin.

Oyongo Bitolo est une valeur sûre du football camerounais. Il signe son premier contrat professionnel avec le Rainbow FC Bamenda, puis est prêté avec option d’achat aux Red Bulls de New York en 2014. Puis en janvier 2015, l’ancien joueur de Coton sport de Garoua rejoint l’Impact Montréal, où il passe deux saisons, avant de traverser l’atlantique, direction Montpellier avec à la clé un contrat de quatre ans. En deux saisons et demi passées dans ce club, il a déjà disputé 47 matchs, inscrit deux buts et distillé plusieurs passes décisives.

Theoson Jordan Siebatcheu (24 ans), Stade Rennais Fc, attaquant

Theoson Jordan Siebatcheu est né le 26 avril 1996 à Washington de parents camerounais, mais a grandi en France. Il est donc un Franco-américano-camerounais. Il a commencé à jouer au football dès l’âge de sept ans au Stade de Reims. Ici, il va gravir tous les échelons jusqu’à disputer la finale de la Coupe Gambardela, perdu face à l’AJ Auxerre, en 2014. Il signe son premier contrat professionnel en septembre 2015 et s’engage pour une durée de trois ans avec son club formateur.

Après trois saisons mitigées, Jordan Siebatcheu est transféré pour 9 millions d’euros au Stade Rennais club avec lequel il signe un contrat de cinq ans, le 12 juin 2018. Lors des deux dernières saisons, il a disputé 44 matchs toutes compétitions confondues, pour huit buts. Il n’a pas encore disputé de match cette saison. Ancien international espoir français (deux sélections), il rêve d’une vie « inaccessible » en Bleu. Pourtant, il peut légitimement espérer d’une place chez les Lions indomptables.

James Léa-Siliki (24 ans), Stade Rennais, milieu relayeur

James Léa Siliki était absent des feuilles de matchs lors des deux premières journées de Ligue 1. Le milieu de terrain de Rennes serait encore convalescent. Ces deux dernières saisons il a été l’une des pièces maîtresses du système de Julien Stéphan, fort de sa polyvalence. Commençant sa carrière au poste d’ailier, il a été replacé en tant que milieu avec une tâche plus défensive.

Depuis que ce joueur formé au PSG, jusqu’à 15 ans, a signé son contrat professionnel à Rennes en 2016, il a déjà disputé 101 matchs, pour deux buts. Quand il était titulaire avec l’équipe réserve de Rennes, grâce à sa marge de progression, il avait intégré l’équipe de France des moins de 19 ans avec laquelle il avait disputé trois matchs amicaux, qui ne comptent pas aux yeux de la Fifa. Possédant la double nationalité française et camerounaise, ce pur gaucher pourrait être d’un bon apport dans l’entrejeu des Lions indomptables.

James Léa-Siliki

Gerzihno Nyamsi (23 ans), Stade Rennais, défenseur central

Gerzihno Nyamsi est peu connu du public sportif camerounais. Or, il s’agit d’un costaud footballeur Franco-camerounais qui évolue au poste de défenseur central au Stade Rennais. Né à Saint-Brieuc de parents camerounais, il dégage, du haut de ses 1m94, une grande force athlétique. Formé au stade Rennais, il avait très vite gagné la confiance de l’entraîneur Christian Gourcuff. Mais dès que ce coach a été licencié en 2017, Gerzigno Nyamsi n’apparaissait plus dans les groupes convoqués par Sabri Lamouchi. Le 31 janvier 2018, il est transféré à Châteauroux, en Ligue 2, puis revient au Stade rennais qui fait jouer sa clause de priorité de rachat en juin 2018. La saison dernière, il a disputé sept matchs toutes compétitions confondues. Mais, pour la saison entamée le 23 août dernier, il n’a pas encore foulé l’aire de jeu.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé