› Sport

Football : ces talents de la Fondation Samuel Eto’o qui peinent à éclore en Europe

Si André Onana et Fabrice Ondoa, les anciens pensionnaires de la Fundesport académie montent en puissance tant en équipe nationale qu’en clubs, d’autres anciennes pépites du centre de formation de Samuel Eto’o peinent encore à décoller. Certains évoluent dans les divisions inférieures, d’autres ont pratiquement disparu de la carte footballistique des joueurs de football professionnel qui évoluent en Europe.

Ils étaient nombreux, ces jeunes talents camerounais, pensionnaires à la Fundesport à avoir réussi les tests pour poursuivre leurs apprentissages à la Massia, le centre de formation du Fc Barcelone. C’était justement l’un des premiers challenges de Samuel Eto’o lorsqu’il ouvrait son académie de football au Cameroun en 2006.

Bien que le meilleur buteur de l’histoire des Lions Indomptables peut se satisfaire de la réussite de quelques de ses « fils » à l’instar d’Ondoa, Bassogog et Onana, les autres sont encore à la traîne.  Le cas Jean Marie Doungou présenté il y a encore quelques années comme le futur Samuel Eto’o est parlant. Après avoir longtemps été annoncé en équipe première du Fc Barcelone, il joue actuellement à Lugo en D2 espagnole, il n’est d’ailleurs pas utilisé régulièrement.

Alain Richard Ebwelle est lui aussi resté en Espagne, à Vélez, en Division 3. Gael Etock évolue à Honka, en D1 Finlandaise, alors qu’Armand Ella est au FK Inhulets en D2 ukrainienne. Nelson Mandela Mbouhom, encore très jeune (19 ans), continue ses classes avec  les juniors de l’Eintracht Francfort.

L’avenir de certains est plus inquiétant, en raison du fait qu’ils n’évoluent même plus en pro ! C’est le cas d’Alexis Meva qui joue à la Chaux-de-Fonds en D3 Suisse après être passé par les USA et les divisions inférieures espagnoles. Des joueurs comme Olivier Moussima, Bako, Tandasi Fombutu, Aboubakar Camara, Fils Paul Tina Tina Patrice Sousia ou Yannick Adamu ont quasiment disparu des radars.

Il faut dire qu’après le passage au sein de l’un des plus prestigieux centres de formation au monde, les choses se sont un peu compliquées pour ces jeunes lorsqu’il a fallu construire une carrière professionnelle. Beaucoup d’éléments entrent en jeu, et la différence se fait souvent au niveau des détails.

Le témoignage de Fabrice Ondoa, le gardien d’Ostende en Belgique illustre mieux la difficulté qu’il y a dans le métier de footballeur professionnel. « à un moment donné, Samuel Eto’o peut te conseiller, il peut te dire va à gauche, va à droite, mais après c’est le joueur, une fois majeur, qui prend ses décisions et suit son chemin. Chacun décide ce qu’il veut. Il y a aussi des situations de la vie, des blessures, des choix, chacun a sa vision, après c’est le travail, il ne faut pas baisser les bras, on peut avoir du ralenti, moi-même j’ai eu beaucoup de difficultés ».

 

Zapping Actu International
Vos paris sportifs can 2019
1xbet
À LA UNE
SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé