Santé › Actualité

Formation des Sages-femmes au Cameroun: L’appui des Nations Unies

Le bureau du fonds des nations unies pour la population a présidé une cérémonie de fin de formation et de remise de matériel aux écoles de sages femmes

Former plus et mieux les sages-femmes
Le représentant pour le Cameroun du Fonds des nations Unies pour la Population (FNUAP), a remis mercredi 05 septembre des équipements destinés à quatre écoles de sages-femmes des régions du Centre, de l’Est, du Nord et du Nord-ouest. Il s’agit essentiellement d’équipement informatique (ordinateurs portables, vidéoprojecteurs, imprimante, photocopieur) et d’une boîte d’accouchement complète pour les démonstrations d’une valeur d’environ 50 millions F CFA. Ce don de l’UNFPA au bénéfice du Gouvernement du Cameroun n’est qu’un début d’une série de dons à venir en appui aux écoles de sages-femmes et un complément à l’équipement dont le gouvernement a déjà fait l’acquisition pour les autres écoles a fait savoir Alain Sibenaler. La cérémonie marquait aussi la fin de formation des enseignants des écoles de sages-femmes commencée une semaine plutôt. Semaine durant laquelle les participants devraient avoir acquis des compétences pour dispenser un enseignement de qualité afin d’assurer l’opérationnalité des sages-femmes à leurs sorties d’école. 46 participants en provenance des régions cibles étaient concernés par cette formation. L’opération qui rentre dans le cadre de l’objectif de renforcement des ressources humaines en santé maternelle constitue un des volets d’intervention de la campagne d’accélération pour la réduction de la mortalité maternelle et néonatale en Afrique (CARMMA).

Implication mondiale, engagement des politiques
La CARMMA qui a été lancée depuis le 08 mai 2010 regroupe en son sein cinq agences des Nations Unies (UNFPA, UNICEF, OMS, Banque Mondiale, ONUSIDA) réunis dans un groupe appelé H4+, et le gouvernement du Cameroun. Elle est une réponse à la situation jugée critique du taux de mortalité maternelle au Cameroun. Les statistiques officielles établissent que toutes les deux heures, une femme dans ce pays meurt des suites de complications liées à l’accouchement. La précarité des ressources humaines spécialisées en santé de la reproduction, en particulier les sages-femmes est très souvent citée comme un des facteurs majeurs contribuant à maintenir la santé de la mère et de l’enfant dans une situation inacceptable. Ces statistiques officielles font aussi savoir, que le Cameroun ne compte que 122 sages-femmes diplômées d’état dont seulement 4 exercent dans le secteur public.

La cérémonie du 5 octobre intervient alors qu’on apprend que le 20 septembre dernier, selon un communiqué des Nations Unies, le Cameroun s’est officiellement engagé en faveur de la Stratégie Mondiale du Secrétaire Général des Nations Unies pour la santé de la femme et de l’enfant. Un tel engagement a été motivé par la volonté d’intensifier les efforts pour améliorer la santé maternelle et néonatale en vue d’atteindre d’ici 2015, les Objectifs 4 et 5 du Millénaire pour le Développement (OMD). Elle met l’accent sur la nécessité d’accroître les actions à haut impact qui se sont révélées efficaces et appelle à concevoir et développer des approches novatrices pour le financement, l’élaboration de produits et la fourniture plus efficace de services de santé de qualité.

Le bureau camerounais du fonds des nations unies pour la population apporte son soutien à la formation des sages femmes
Fnuap)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé