Société › Société

Formations à l’étranger: 13 faux diplômes détectés au Cameroun

C’était au cours de la 78e session ordinaire de la commission nationale d’évaluation tenue mercredi à Yaoundé

La Commission nationale d’évaluation des formations dispensées à l’étranger (Cne) a du pain sur la planche. Les membres statutaires de cette instance ont recensé 13 faux diplômes mercredi, 09 décembre 2015, au cours de la 78e session ordinaire présidée par Ngomo Horace Manga, secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur, représentant le ministre empêché. Sur la table, des dossiers provenant de quatre continents et de 20 pays avec 383 demandes d’équivalences.

« Nous avons accordé 365 équivalences et cinq cas ont été rejetés. Nous avons enregistré 13 faux diplômes. Les cas de rejets concernent les dossiers incomplets avec des incompatibilités dans le parcours du candidat. Pour ce qui est des faux diplômes, ils sont en majorité des baccalauréats, avec un faux enregistré dans le domaine des sciences de communication documentaire », explique Roger Bertrand Onomo Etaba, sous-directeur des équivalences académiques et professionnelles au Minesup. «Pour ce dernier cas, il s’agit d’un usager qui est parti du Cameroun avec de faux diplômes et a reçu un diplôme supérieur. Nous sommes partis sur la base de ce que, si les parchemins obtenus au pays sont faux, alors celui du supérieur doit être annulé », a-t-il ajouté.

Pour cette séance de travail, les membres n’ont examiné que les dossiers concernant les diplômes des enseignements général et professionnel. Sur la méthode utilisée, le Pr. Adolphe Minkoa She, président de la sous-commission technique n°1 chargée des formations générales, rappelle : « Avant que les sous-commissions et la commission nationale ne siègent, le Minesup envoie des missions à l’étranger afin de s’informer à la source sur la qualité des diplômes présentés. La preuve, l’équipe s’est rendue dans un pays voisin avec toutes les demandes d’équivalence et nous avons abouti à ce résultat imparable.»

A ce sujet, le Sg du Minesup a réitéré que l’équivalence s’octroie sur la base d’un cadrage normatif minutieusement appliqué par les services compétents du Minesup, contrôlé par les sous- commissions techniques et validé par le CNE. C’est à ce niveau que se jouent la rigueur et la transparence pour écarter les champions en faux diplômes.


Droits réservés)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
Advertisement
error: Contenu protégé