Santé › Actualité

Fortification alimentaire: Le Cameroun se jette à l’eau

Le gouvernement a lancé le processus à Douala, il est question d’enrichir les produits alimentaires

Les vitamines et minéraux sont des éléments indispensables et importants d’une alimentation saine et équilibrée, ils permettent d’assurer un bon développement physique et mental ainsi que la protection contre les maladies. L’alimentation de la population camerounaise ne contient pas toujours ces éléments vitaux en quantité suffisante. Les carences en vitamine et minéraux qui en découlent ont des répercussions parfois irréversibles sur les couches de la population que sont les enfants et les femmes en âge de procréer. Il est par exemple fait état de la dégradation de l’état de retards de croissance dus à la malnutrition, qui est passé de 550 000 enfants à 875 000 entre 1991 et 2006. Or, presque dans le même temps, la fortification du sel en iode a permis de réduire la prévalence de goitre de 29 à 5% entre 1991 et 2 000. Bien d’autres chiffres et faits justifient à souhait la nécessité de renforcer en minéraux ou en vitamines certains aliments de consommation de masse. Mais aussi et surtout de les étiqueter de sorte à les rendre plus visibles.

Pour prévenir et combattre la malnutrition au sein de la population plusieurs stratégies ont été mise en uvre parmi lesquelles la fortification alimentaire, c’est ce qui explique la présence ce vendredi à douala de trois ministres de la république, le ministre de la santé publique André Mama Fouda, le ministre l’industrie des mines et du développement technologique Badel Ndanga Ndinga et le ministre du commerce Luc Magloire Mbarga Atangana Je voudrai que nous sortions de cette équivoque, ces produits sont parfaitement propres à la consommation mais on y ajoute un plus qui est la fortification et vous le savez c’est dans un but précis a dit ce dernier. De façon globale il est question de contribuer à la réduction de la mortalité infantile et maternelle Le gouvernement va faire sa part pour montrer le bon produit, mais si vous insistez pour aller prendre un produit qui est entré par la contrebande c’est un problème renchérit le ministre de la santé publique. Au cours de la cérémonie de lancement, 4 interventions ont été prononcées toutes encourageant la pratique et la mise en uvre de cette technique.

Synergie entre partenaires pour aboutir aux objectifs
Les pionniers de la fortification alimentaire se retrouvent parmi les producteurs d’huiles végétales raffinées (Société camerounaise de raffinage maya ; Azur ; Sodecoton ; Société des palmeraies de la ferme suisse ; Complexe cosmétique de l’ouest ; Société industrielle de transformation des oléagineux de N’gouroré ; Rafca ; Saagry) et les producteurs de farine de blé (La pasta ; Sgmc ; Sctb ; Scmc ; Sma ; Sitrabcam ; Smnc). Le processus de mise en uvre de ce programme, est conduit avec le partenariat d’Helen Keller International représenté au Cameroun par Ann Tarini Hien. Fondée en 1915 par Helen Keller et George Kessler, Helen Keller International (HKI) est parmi les plus anciennes ONG internationales (organisations non gouvernementales) consacré à la prévention de la cécité et la réduction de la malnutrition dans le monde. HKI travaille actuellement dans 22 pays: 13 en Afrique, 8 en Asie-Pacifique, et les États-Unis.

Image d’illustration
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé