International › AFP

Blocages à Londres pour un « état d’urgence écologique »

Plusieurs milliers de manifestants ont perturbé la circulation lundi à Londres à l’appel du mouvement Extinction Rebellion pour réclamer un « état d’urgence écologique », au premier jour d’une action qui doit se prolonger toute la semaine dans 80 villes et 33 pays.

Ces militants se sont réunis dans six lieux de la capitale britannique, sur des artères particulièrement fréquentées, comme le pont de Waterloo ou Oxford Street, ou à proximité des symboles du pouvoir politique ou économique, comme à Parliament Square, à quelques dizaines de mètres du parlement et du siège du gouvernement, ou au siège de la compagnie pétrolière Shell.

« A chaque jour de blocage, la pression sur le gouvernement va s’intensifier. Le nombre de jour que nous tiendrons est l’élément clé », a déclaré à l’AFP Larch Maxey, un des porte-paroles du mouvement.

Il espère que cette action aboutira à une rencontre avec le gouvernement: « S’ils ne répondent pas à nos demandes, nous allons continuer à donner de l’ampleur à la mobilisation ».

Aux extrémités du pont de Waterloo, plus d’un millier de militants, parfois déguisés, bloquaient la circulation en milieu de journée, laissant seulement passer les vélos ou les skateboards. Plusieurs centaines de personnes en profitaient pour déjeuner au soleil dans une ambiance bon enfant, après que des stands de nourriture végétarienne eurent été installés, tandis que défilait une fanfare.

Pour Extinction Rebellion, mouvement international appelant à la désobéissance civile non-violente contre l’inaction climatique, il faut « bouleverser un système qui, même de manière involontaire, est en train de détruire notre planète ».

« Nous n’avons pas de planète B », pouvait-on lire sur certaines pancartes émergeant parmi de nombreux drapeaux de différentes couleurs portant le logo de l’organisation, un X stylisé symbolisant un sablier, dans un cercle.

Venue spécialement des Cornouailles (sud-ouest de l’Angleterre), Manda Brookman, 53 ans, assure être « prête à (se) faire arrêter pour le bien de nos enfants ». A ses côtés, sa fille Ruby, 22 ans, qui travaille avec des réfugiés, explique avoir « déjà vu des gens migrer à cause du changement climatique, de la sécheresse en Afrique de l’Est il y a quelques années, ou des récents ouragans au Zimbabwe ».

– Shell accusée d »écocide » –

Au Royaume-Uni, Extinction Rebellion a trois revendications: la proclamation d’un « état d’urgence climatique et écologique », l’élaboration d’un plan d’actions pour « réduire à zéro » les émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici 2025, et la création d’une « assemblée citoyenne » sur les questions de justice climatique, dont les décisions s’imposeraient au gouvernement.

Le siège de l’entreprise Shell a également été pris pour cible par des manifestants, qui ont accusé la compagnie pétrolière d' »écocide » – défini par l’organisation comme la « destruction d’écosystèmes », assimilable selon elle à un « crime contre l’humanité ».

Les activistes ont brisé les portes vitrées d’accès au bâtiment, déroulé une banderole « Shell knows » (Shell est au courant), ou encore tagué les mots « mensonges » sur la façade. « Les énergies fossiles nous tuent – zéro carbone maintenant », proclamaient leurs pancartes. Au moins une personne a été interpellée à la suite de ces actions.

« En causant intentionnellement plus de 6.000 livres (7.000 euros) de dommages », qu’elle a elle-même estimés, Exinction Rebellion a expliqué vouloir « porter l’affaire devant un tribunal avec des jurés populaires plutôt qu’un tribunal où les juges siègent seuls », et ainsi alerter sur la nécessite d’un « changement radical, sans quoi les conséquences pour la planète seront catastrophiques ».

Extinction Rebellion a annoncé, dans le cadre de sa « rébellion internationale », des mobilisations dans 80 villes dans 33 pays jusqu’au 22 avril, pour « sonner l’alarme sur l’urgence climatique ».

Entre autres actions, des blocages de routes sont prévues mardi et mercredi à Vienne ou vendredi à Paris, un « camping non-violent » est organisé à Melbourne, devant le parlement de l’Etat de Victoria (sud-est de l’Australie), à partir de mardi soir, et un rassemblement est annoncé à Washington dimanche.



À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé