› Politique

Cameroun : doute sur la possibilité d’un procès équitable pour Maurice Kamto

Pour Human rights watch, les évènements entourant l’arrestation des membres du Mrc sont de nature à soulever des doutes quant à l’issue de leurs procès.

Human rigts wacth s’insurge contre le maintien en détention de Maurice Kamto et plusieurs de ses partisans. « Des arrestations politiquement motivées », soutient l’organisation.

« Les arrestations Ces arrestations mettent en lumière le rétrécissement de l’espace politique au Cameroun ainsi que l’impunité avec laquelle la police peut faire fi de la loi« , note le mouvement de défenses des droits humains sur son site.

Maurice Kamto et cinq autres cadres de son parti ont comparu jeudi devant le Tribunal de grande instance dans le cadre d’une procédure en habeas corpus. Ils demandaient leur libération immédiate. Elle ne leur a pas été accordée. Une situation que Human rigts wartch ajoute à une liste d’actes jugée polémiques. Morceau choisi : « Kamto et ses partisans ont été placés en détention dans le cadre de la répression massive exercée par le gouvernement. Kamto a été arrêté en l’absence de mandat et détenu au Groupement spécial d’opérations (GSO), qui n’est pas officiellement listé comme centre de détention pour les personnes en attente de jugement. Célestin Djamen, membre du parti Kamto, a été arrêté à l’hôpital où il était en convalescence après que la police lui a tiré dans la jambe lors d’une manifestation le 26 janvier […] ».

Ces arrestation, souligne l’Ong, lèvent un doute quant à la possibilité d’un procès équitable pour Maurice Kamto et ses partisans. « Les Camerounais – opposants politiques ou non – devraient pouvoir s’attendre à ce que les autorités respectent la loi au lieu de la violer de manière si flagrante. », peut-on lire sur le site de Human rigts watch.



À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé