Société › Société

Cameroun: environ 9 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable

Eau potable, la vie (c) Droits réservés

Entre la qualité de l’eau qui n’est pas toujours garantie et les ruptures récurrentes d’approvisionnement, les populations sont exposées aux maladies hydriques. De concert avec la communauté internationale, le Cameroun célèbre ce 22 mars, la 27 ème édition de la Journée mondiale de l’eau.

«L’eau c’est la vie». Un adage bien connu même si cette source essentielle à la survie n’est pas la chose la mieux partagée au Cameroun. Sur une population de près de 24 millions d’habitants, environ 8 millions 890.000 de Camerounais n’ont pas accès à un service d’eau potable. Seulement 52,3% de la population au niveau national utilisent une installation sanitaire améliorée (moderne).

Lorsque l’eau est disponible, la qualité n’est pas toujours garantie. Une réalité qui bien que accrue dans les zones rurales, sont également d’actualité en milieu urbain. Selon l’Organisation non gouvernementale (Ong), African Center for Advocacy (ACA) le déficit d’eau potable à Yaoundé est de 40 000 m3/jour.

«80% de la population n’a pas accès à l’eau potable dans le Nord Cameroun, 69,0% des ménages de Yaoundé subissent au moins 4 fois les coupures d’eau par mois. Coupures périodiques et chroniques poussant les ménages à s’alimenter en eau souterraine dont : les puits (35,9%), des sources non aménagées (5,6%), et (46,6%) pour les sources aménagées», rapporte l’Ong.

Ce qui n’est pas sans conséquence. «En l’absence de services d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène sûrs et efficaces, les enfants risquent d’être victimes de malnutrition et de contracter des maladies évitables, dont la diarrhée, la typhoïde, le choléra et la polio», décrit le rapport intitulé «L’eau sous le feu des bombes».

L’étude de l’Organisation des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) parue ce 22 mars fait le ratio entre le taux de mortalité dû au manque d’eau et le pourcentage du fait des conflits. L’étude a été menée dans «16 pays exposés à des conflits prolongés» dont le Cameroun, la Rdc, le Tchad, le Soudan.

Le constat est amer «les enfants de moins de 5 ans ont 20 fois plus de risques de mourir d’une maladie diarrhéique liée à un manque d’eau salubre et d’assainissement que des effets directs de la violence. A ce sujet, Henrietta H. Fore, directrice générale de l’Unicef indique: «le fait est que le manque d’eau salubre tue plus d’enfants que les balles».

Le Cameroun vise un taux de desserte en eau potable de 85% à l’horizon 2032. Un objectif qui devrait s’accompagner de mesures et de moyens conséquents. Dans la mesure d’après les prévisions des Nations Unies, avec les évolutions constatées à travers le monde, 1,8 milliard de personnes seront confrontées à une pénurie d’eau d’ici 2025.



À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé