Politique › Institutionnel

Cameroun : Paul Biya se place en promoteur du pardon sur les réseaux sociaux

Dans ses traditionnels messages sur les réseaux sociaux, le chef de l’Etat a abordé la thématique du pardon comme élément essentiel de la paix durable.

Pardon, paix durable, but commun, avenir… Les mots du président Paul Biya pour sensibiliser les Camerounais sur des valeurs positives. Sur Twitter ce 07 mai, le chef de l’Etat camerounais convie ses concitoyens à un pardon mutuel. Un message qui survient après son invitation lundi à l’unité.

« L’important, aujourd’hui, est de pardonner et d’oublier, de tendre ensemble vers un but commun. Nous ne pouvons, à la fois, regarder l’avenir et vivre au passé. Le pardon mutuel est le chemin qui conduit vers la paix durable », a twitté Paul Biya ce jour.

 La communauté anglophone cible probable du message de Paul Biya. Les ressortissants du Nord-Ouest et du Sud-Ouest mènent une fronde contre le régime qu’ils accusent d’entretenir un système de marginalisation des anglophones. D’abord portés par des mouvements corporatistes, ces griefs ont trouvé écho au sein de la population avant d’être récupérés par des séparatistes. Ceux-ci veulent créer un Etat indépendant qu’ils dénomment ambazonie.

La colère des anglophones est liée à des supercheries survenues lors du référendum de 1961 au cours duquel le Southern Cameroon choisissait de sceller son destin au Cameroun francophone. Les ressortissants du  Sud-Ouest et du Nord-Ouest conteste l’acte ayant conduit à la réunification.

Le Cameroun est aujourd’hui confronté à une véritable radicalisation de la part de certains qui se posent en militant de la cause indépendantiste, mais aussi du gouvernement qui reste taiseux face aux appels à un dialogue inclusif.

Le président Paul Biya a pourtant mis sur pied une commission chargé de désarmer,  démobiliser et réintégrer les combattants désireux de déposer les armes. Ce, sans qu’aucune action n’ait préalablement entreprise en faveur du dialogue. La nouvelle n’a pas été accueillie avec enthousiasme par les milices les plus actives en zone anglophone. Ils ont mené des attaques à Bamenda pour manifester leur position. Au mois de mars 2019, le ministre de l’Administration territoriale a néanmoins présenté officiellement pas moins de cinq repentis.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé