Présidentielle 2018 › Maurice Kamto

Cameroun : que serait l’école si Maurice Kamto devenait président ?

Maurice Kamto, candidat à la présidentielle 2018. ©Droits réservés.

Journalducameroun.com propose une projection de l’évolution du secteur de l’éducation, sur la base du programme de campagne du candidat du Mouvement pour la renaissance du Cameroun à la présidentielle 2018.

2021. Maurice Kamto, nouveau président de la République du Cameroun, est à mi-mandat. De nombreux chantiers sont en marche. Sur le plan de l’éducation, il avait promis des réformes sur lesquelles travaillent ses équipes. Mais déjà, l’on note que les frais d’Apee, instaurés il y a quelques années dans les écoles publiques et privées ont été supprimés. Pour autant, les vacataires ne sont pas en galère. Le gouvernement intègre ceux qui le souhaitent dans la Fonction publique. De plus, chaque année, des recrutements massifs ont lieu chaque année pour couvrir le déficit d’enseignants. Ceux-ci sont prioritairement déployés dans l’arrière-pays.

Mieux, la scolarité est gratuite jusqu’à la fin du second cycle. Pour les familles défavorisées, le plus dur était  souvent d’acheter les fournitures scolaires. Sous Maurice Kamto, l’Etat offre des fournitures scolaires et octroie des bourses aux élèves performants issus de familles pauvres. Cet appui est accordé sur la base d’une enquête sociale.

Pour ce qui est du contenu du modèle éducatif, Maurice Kamto a mis un point d’honneur à la familiarisation des apprenants à l’outil informatique. C’est dès la maternelle qu’on en apprend sur les notions d’informatique. Pour réaliser cette ambition, le premier défi était de doter tous les établissements de bâtiments couverts et de salles informatiques équipées. Il a également fallu résorber le déficit énergétique pour que les établissements scolaires puissent s’arrimer aux exigences du numérique.

L’école selon Maurice Kamto est portée sur le progrès technologique. Aussi, le président du MRC a mis l’accent sur des formations techniques et professionnelles. Les filières généralistes ont été réduites dans les universités, au profit des filières techniques et technologiques. D’ailleurs, chaque région a été dotée d’au moins une université des sciences et technologies comportant des établissements universitaires.

L’augmentation du taux de scolarisation reste une préoccupation. L’ambition est de créer une société instruite, préoccupée du sort de chaque diplômé. Même ceux qui n’ont pas eu la chance d’être scolarisés avant 2018 ont des programmes à leur disposition dans des centres des métiers mis sur pied par le nouveau gouvernement. Ceux-ci ont été ouverts dans chaque commune pour rapprocher les formations techniques des jeunes sans qualifications.



À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé