Opinions › Tribune

Cameroun: y a des moments de la vie où on a honte de son pays!

Par Cédric Christian Ngnaoussi Elongue, Enseignant / Blogueur

Le monde devient immonde

Comment concevoir qu’en plein 21ème siècle des femmes puissent encore mourir dans des hôpitaux publics en présence de médecins tout simplement parce qu’elles ne possèdent pas les fonds pour assurer leur soin ? Imaginez le désespoir de cette s ur qui voit sa s ur agoniser sous ses yeux? Imaginez la peur et la terreur qui l’habite lorsqu’elle découvre la vie qui s’échappe silencieusement de sa s ur venu donné la vie? C’est cette terreur qui l’a dynamité, l’a métamorphosé et l’hypnotisa au point qu’elle se mit à opérer sa tante à l’aide d’une lame? Imaginez la douleur de Monique déjà inconsciente de se voir déchirer par une lame de la main tremblante de sa nièce? Imaginez la douleur lancinante qui frappa cette nièce de voir sa tante et ces deux bébés innocents mourir sous ses yeux? Est-ce un crime d’être pauvre? Choisis-t-on de naître dans une famille pauvre ou dans une famille nantie? L’humanisme a t’il décampé de nos sociétés pour céder la place au matérialisme? L’intérêt devrait-il supplanter l’être ? Où sont passés les valeurs de solidarité et de partage reconnues aux cultures africaines? La société camerounaise et le monde en général se pervertis?

J’ai mal de savoir que l’argent ait autant pris le dessus sur nos valeurs éthiques et morales. La vie est une valeur suprême et sa préservation n’a pas de prix. Que les médecins qui ont refusé de prendre soin de cette femme enceinte en détresse aient honte! Qu’ils soient même destitués de leur corps de métier car la déontologie médicale ne le permet pas. Ils ont trahi le serment d’Hippocrate pour devenir des HYPOCRITES!

C’est bien vrai qu’ils tenteront de trouver des excuses et rejetteront tout sur l’Etat mais comme l’a déclaré André Brink pour le cas de la violence ségrégationniste des noirs sud-africains : la douleur n’a point de prix, ni d’excuse ni de justificatif. Aussi lourde que pourra être la peine qui pourra être attribué au corps médical de l’hôpital Laquintinie (si à jamais cela était fait), cela n’effacera point la peine de cette famille. Cela n’effacera point la haine de cette nièce vis à vis de l’Etat, vis à vis de la société, vis à vis des Hommes.

La mondialisation ne fait qu’accroître les disparités socio-économiques entre les individus. Pendant que ma s ur Monique Koumate meurt ainsi, certaines se permettent de gaspiller les deniers publics en payant des courses de taxi à 400$, en fréquentant des universités internationales dont les coûts proviennent des caisses nationales… Je ne peux point énumérer ici les dérives économiques réalisés par les concussionnaires camerounais qui sont en partie indirectement responsable de cette tragédie. Mais étant donné que le poisson ne pourrit qu’en passant par la tête, nous ne pouvons que nous retourner vers le Chef de l’Etat afin de lui demander des comptes.

Que sont devenus les programmes de gratuité pour l’accouchement qui ont pendant longtemps été vantés sur nos médias? Existe-t-il des mesures d’accompagnement, d’évaluation et de suivi des différentes politiques sanitaires lancées par le gouvernement ? Que des lois puissent être instituées pour punir très sévèrement les médecins qui manqueraient à leur éthique professionnelle. En Allemagne par exemple, on retrouve des pancartes régulièrement mises à jour qui recensent le nombre de morts attribué à un médecin. Ces pancartes sont fixées à l’entrée du Bureau de chaque médecin afin de les conscientiser et amener le citoyen à se diriger vers un médecin en connaissance de cause.

Vivement qu’un programme d’assurance maladie national puisse être mis sur pied. Le Régime d’Assurance Maladie Universel (RAMU) qui permettra de mutualiser les efforts pour venir en aide aux personnes nécessiteuses puisse être rapidement mis en place. La médecine est un secteur clé pour le progrès de notre pays vers l' »émergence ». Quatre des objectifs du Millénaire pour le Développement y sont consacrés. L’on devrait être très sélectif et méticuleux dans le choix de nos médecins car ils ont entre leur main, la santé et partant une part du bien être de toute la Nation. Des critères d’évaluation éthique doivent être rigoureusement mis en place et surtout suivi.
À l’instant où j’écris ce billet, je ressens une profonde douleur qui se mue en révolte muette au fond de mon c ur et pour une fois Alors vivement que de pareilles tragédies ne se reproduisent plus !


Droits réservés)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé