Sport › Football

CAN-2017: le Gabon et le Cameroun doivent se ressaisir

Ce n’est que leur deuxième match dans cette CAN-2017, mais le Gabon et le Cameroun doivent l’emporter mercredi face au Burkina Faso et à la Guinée-Bissau, après leurs débuts décevants

La première journée du Groupe A avait accouché de deux matches nuls Samedi, 14 janvier, après la rencontre du Cameroun contre le Burkina Faso et celle du Gabon/ Guinée Bissau. Malgré un but de leur vedette Pierre-Emerick Aubameyang (PEA), les Gabonais, hôtes du tournoi et annoncés comme favoris de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), avaient calé contre les Bissau-Guinéens (1-1), l’adversaire supposé le plus faible de cette poule.

Des favoris déjà sous pression
« Des erreurs ont été commises contre la Guinée-Bissau, comme concéder un but à la dernière minute. Nous devons corriger ces erreurs et battre le Burkina Faso », a confié PEA sur le site officiel de l’organisation, alors qu’il reste muet face aux journalistes.

Les Camerounais, eux, avait buté sur les Étalons du Burkina dans une partie tout de même enlevée (1-1), où les Lions n’ont « pas su marquer » davantage, « malgré trois occasions franches », a regretté leur sélectionneur, le Belge Hugo Broos.

On parle déjà de » trahison »
José Antonio Camacho, fraîchement nommé à la tête des Panthères, sait bien que son équipe joue déjà le tout pour le tout face au Burkina Faso, finaliste de l’édition 2013.

Il doit aussi gérer le contexte extra-sportif. Lundi, le vice-Premier ministre a sévèrement mis en garde l’opposition qui souhaite le boycott de la CAN pour protester contre la réélection d’Ali Bongo Ondimba.

« Il est insoutenable d’entretenir la moindre attitude qui pourrait compromettre le moral de nos joueurs, a ainsi déclaré Bruno Ben Moubamba. Trahir les Panthères, c’est trahir la patrie et la trahison est un crime contre la nation. »

L’ambiance n’est pas non plus au beau fixe chez les Camerounais. Et pour cause, pas moins de sept internationaux ont préféré rester dans leurs clubs en Europe, dont des joueurs clés comme le défenseur de Liverpool Joël Matip. Une « trahison », a fustigé auprès de l’AFP l’ancien attaquant vedette des Lions indomptables Roger Milla, du haut de ses 64 ans.

Quatre équipes avec un point
Plus pragmatique, José Antonio Camacho, l’entraineur des Panthères gabonaises, rappelle que dans ce groupe, il y a égalité parfaite (un point et un but chacune) : « Toutes les équipes ont les mêmes chances. »


Droits réservés)/n


À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé