International › AFP

Israël, puissance majeure au Proche-Orient

Pas d'image

Israël, où des élections législatives sont prévues le 9 avril, a été proclamé en mai 1948 à la suite d’un vote de l’ONU sur le partage de la Palestine, devenant une puissance majeure au Proche-Orient.

– Conflits –

Le pays a été confronté à sa première guerre face aux nations arabes juste après la proclamation par David Ben Gourion de la naissance de l’Etat d’Israël le 14 mai 1948.

Officiellement, Israël a livré huit guerres, dont la guerre dite des « Six Jours », en juin 1967, qui aboutit à l’occupation de Jérusalem-Est, la Cisjordanie et Gaza, ainsi que du plateau syrien du Golan et du Sinaï égyptien.

Israël a ensuite unilatéralement annexé Jérusalem-Est, puis le Golan, des décisions dénoncées par la communauté internationale.

La dernière guerre a été menée en 2014 dans la bande de Gaza.

Deux traités de paix ont été signés avec des pays arabes voisins d’Israël: l’Egypte en 1979, aux termes duquel ce pays a récupéré le Sinaï en 1982, et la Jordanie en 1994.

Israël est considéré comme la première puissance militaire du Proche-Orient et la seule de la région à détenir l’arme nucléaire. Il reçoit près de 4 milliards de dollars d’aide militaire annuelle des Etats-Unis.

– Colonisation –

Israël continue à occuper la Cisjordanie mais a évacué unilatéralement en 2005 la bande de Gaza, contrôlée depuis 2007 par le mouvement islamiste Hamas.

Environ 450.000 colons israéliens vivent dans des implantations civiles en Cisjordanie, illégales au regard du droit international.

Israël a affronté en 1987 puis en 2000 deux soulèvements (Intifada) des Palestiniens des territoires occupés. Le premier s’est conclu par la signature en 1993 à Washington des accords d’Oslo avec l’OLP sur l’autonomie dans les territoires.

– Tensions régionales –

Dès le début de la guerre en 2011 en Syrie, Israël a veillé à ne pas être aspiré dans le conflit, mais il fait campagne contre la présence du Hezbollah et de l’Iran, intervenus au côté du régime de Bachar al-Assad, et accuse Téhéran de vouloir s’implanter militairement en Syrie en vue de menacer sa sécurité.

Il a frappé, surtout à partir de janvier 2017, des « milliers de cibles » iraniennes et du Hezbollah, selon un ancien chef d’état-major israélien.

A la mi-mars 2019, Israël a accusé le Hezbollah d’établir secrètement un réseau militaire dans le Golan syrien, près du territoire sous son contrôle.

– Appui de Trump –

Le président américain Donald Trump a adopté depuis sa prise de fonction une politique de soutien sans faille à Israël, rompant avec des décennies de diplomatie américaine au Moyen-Orient.

En décembre 2017, il a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël, provoquant la colère des Palestiniens et la réprobation de la communauté internationale.

Le 25 mars 2019, il a signé le décret reconnaissant officiellement la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan.

– Régi par des lois fondamentales –

Le pays est régi par des Lois fondamentales qui font office de Constitution et sont votées au Parlement.

En 2018, le Parlement a adopté une loi définissant le pays comme « l’Etat-nation du peuple juif ». La loi, qui confère aux juifs le droit « unique » à l’autodétermination en Israël, est dénoncée comme « discriminatoire » notamment par l’opposition et l’importante communauté arabe israélienne.

Les Arabes israéliens sont les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres après la création d’Israël et soutiennent la cause palestinienne.

En 2015, Benjamin Netanyahu, Premier ministre depuis 2009, a formé le gouvernement le plus à droite de l’histoire d’Israël, après avoir triomphé aux législatives. En décembre 2018, sa coalition a décidé de dissoudre le Parlement alors qu’elle ne disposait plus que d’une seule voix de majorité (sur 120).

– « Start-up » –

Avec près de 9 millions d’habitants, la population a décuplé depuis 1948. Le pays connaît un chômage très bas, une inflation quasi inexistante et une croissance de près de 3%, mais plus de 20% de sa population vit sous le seuil de pauvreté.

Israël, qui se proclame la « start-up nation », est considéré comme un centre mondial de la haute-technologie et dispose d’un terreau d’entreprises très actives dans les secteurs de la cyberdéfense, de l’informatique et des systèmes de surveillance.

Le secteur high-tech représente 43% des exportations du pays, selon le ministère de l’Economie.

Le pays, qui a peu de ressources naturelles, a découvert ces dernières années d’importants gisements de gaz naturel offshore en Méditerranée.



À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé