International › AFP

Kenya: le vice-président veut criminaliser le dopage

William Ruto a annoncé mardi l’intention de l’Etat de criminaliser le dopage suite à des contrôles positifs de deux athlètes Koki Manunga et Joyce Zakary, durant les Championnats du monde de Pékin

Le vice-président du Kenya, William Ruto, a annoncé mardi, 01 septembre 2015, l’intention de l’Etat de criminaliser le dopage, après les suspensions, suite à des contrôles positifs, de deux athlètes kényanes, Koki Manunga et Joyce Zakary, durant les Championnats du monde de Pékin.

Interpellé par « ce problème du dopage, l’exécutif kényan va, selon Ruto, en « discuter très prochainement. Nous voulons mettre en place des mesures pour renforcer le poids l’Agence antidopage (kényane) et lui donner un cadre juridique, appuyé par la loi pour que le dopage deviennent une infraction » a ajouté le vice-président kényan.

La délégation kényane a été acclamée mardi par des milliers de supporteurs à l’aéroport de Nairobi, à son retour des Championnats du monde de Pékin. Pour la première fois depuis 1983, date de création des Championnats du monde, elle a dominé les Mondiaux, surclassant les autres nations en nombre de médailles (sept d’or, six d’argent et trois de bronze).

Mais ses succès sur la piste ont été entachés par de lourdes suspicions après que deux de ses athlètes, Koki Manunga et Joyce Zakary, aient été contrôlées positives lors « de tests ciblés menés à l’hôtel des athlètes » avant le début des épreuves et provisoirement suspendues.

Les athlètes kényans Nicholas Bett (4e g), Julius Yego (2e g) et Ezekiel Kemboi (3e g) accueillis à l’aéroport par le vice-président William Ruto à leur retour de Pékin, le 1er septembre 2015 à Nairobi.
Droits réservés)/n

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé