Société › Société

Laquintinie plaide pour la disparition des corbillards aux alentours de l’hôpital

La doléance a été présentée par le directeur de cette formation sanitaire, Louis Richard Njock, au cours de la plateforme de lutte contre le désordre urbain tenue jeudi à Douala

Une plateforme de lutte contre le désordre urbain s’est tenue jeudi, 02 juin 2016, à Douala, la capitale économique camerounaise. La rencontre présidée par le préfet du Wouri, Naseri Paul Bea, a permis aux participants de présenter leurs préoccupations et doléances en rapport avec le désordre urbain dans la ville.

A l’occasion donc, le directeur de Laquintinie, Louis Richard Njock, a évoqué le problème que pose la présence des corbillards aux alentours de la formation sanitaire qu’il dirige. « L’hôpital Laquintinie n’est pas un mouroir. La présence des cercueils et des corbillards, tout autour, a un impact psychologique sur les malades. Les démarcheurs détournent les malades et leurs familles au détriment de l’hôpital Laquintinie. Les commerçants empiètent sur l’espace réservé à la formation sanitaire, une entrave pour les urgences », a-t-il expliqué.

En réponse à cette préoccupation, le président de la Plateforme de lutte contre le désordre urbain, Naseri Paul Bea, a prescrit comme première action la sensibilisation, avant toute action forte.

D’ailleurs, au sortir de la formation sanitaire, les membres de la Plateforme ont marqué un arrêt pour un premier contact avec les occupants des espaces alentours. Peu avant cette descente à Laquintinie, en début de matinée, le lieu-dit Pont blanchisseur dans l’arrondissement de Douala III, a été visité. Il doit accueillir certains commerçants du carrefour Dalip et du marché Congo. Il s’agissait, une fois de plus, d’aller s’enquérir de l’évolution des travaux d’aménagement de ce futur espace commercial.

Ensuite, le cap a été mis sur le marché Mboppi, dans l’arrondissement de Douala 1er et à la nouvelle route Bessengue, précisément au secteur réservé à la vente de la ferraille. Ici, il est question pour le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala (CUD), Fritz Ntonè Ntonè, d’examiner le problème de fonctionnement à l’intérieur du marché qui part du fait que associations et syndicats ne soient pas d’accord sur de nombreux points.

Lors de cette descente jeudi, un accent a également été mis sur les constructions illicites. A ce sujet, après la sensibilisation menée pour la vulgarisation du nouveau Plan directeur d’urbanisme (PDU) et du Plan d’occupation des sols (POS), une campagne de restitution des limites de l’emprise publique des routes et des voies d’accès est annoncée. Le moment venu, les habitants qui ont débordé les limites de leur titre foncier, verrons leurs concessions cassées, prévient Fritz Ntonè Ntonè.


Droits réservés)/n

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé