Sport › Football

LFPC: Bientôt des exonérations fiscales pour les entreprises accompagnatrices du football

La ligue de football professionnel du Cameroun a rencontré les chefs d’entreprise du groupement inter patronal du Cameroun le 22 novembre

La ligue de football professionnel du Cameroun, LFPC, se veut « résolument pro », dès la saison sportive 2013. Et pour y arriver, la jeune ligue professionnelle a besoin d’argent, de beaucoup d’argent. Faute d’en trouver suffisamment auprès de l’Etat, elle vient de tendre la main aux entreprises du secteur privé. C’est pour cela qu’elle s’est associée au groupement inter patronal du Cameroun, Gicam. Le 22 novembre 2012, le siège de cette structure a abrité une rencontre entre les dirigeants de la ligue et ceux du Gicam. Une rencontre qui s’inscrivait dans le cadre de la présentation du plan marketing de la LFPC pour le compte de la prochaine saison. Etaient présents, Pierre Semengue, président de la ligue, Franck Happi, vice-président, Jules Nyongha en chargé de la commission de compétition, Alain Blaise Batongue, le secrétaire exécutif du Gicam ainsi que les chefs d’entreprise. « La ligue a sollicité le Gicam, pour explorer les voies d’un partenariat entre les entreprises et la ligue. Nos entreprises peuvent associer leur image aux championnats », a affirmé Alain Blaise Batongue. Une annonce bien accueillie par les représentants de la ligue, qui ont rappelé à l’assistance l’importance voire l’urgence pour la ligue de trouver des sources de financement pérennes. De même, Pierre Semengue indique que dès la saison prochaine, les équipes doivent transformer leur statut juridique, « de sorte que nous passions du football amateur, au football professionnel avec tout ce que cela comporte en terme d’organigramme, de contrats respectés », précise-t-il. Au sujet des infrastructures, facteur important de la professionnalisation d’un championnat, le président de la LFPC dit avoir sollicité l’aide des collectivités locales décentralisées, qui comme les entreprises, pourront appuyer le projet de construction « des petits stades de 5 000 places, et aménager ceux de 10 000 places ».

Bientôt des allègements fiscaux ?
En 2014, « si le Cameroun n’a pas un football professionnel comme il faut, nous risquons de perdre la licence Fifa ». Une perspective peu reluisante que la ligue est résolue à éviter. « Je voudrais intéresser les entreprises au sport en général, et au foot en particulier. Il faut que l’Etat consente un certain nombre de facilités. Je me suis engagé à faire des démarches auprès de l’Etat. J’ai participé à une réunion qui a regroupé à Yaoundé le premier ministre, le ministre des finances, le ministre des sports, où d’importantes décisions ont été prises pour les entreprises qui décident d’accompagner le football camerounais. Ces mesures seront annoncées incessamment par le ministre des finances et vont figurer dans la loi de finance qui sera bientôt promulguée », annonce le président Semengue. En attendant la matérialisation de cette annonce, la ligue annonce d’importantes innovations pour la prochaine saison.

Innovations
Outre l’organisation des championnats d’élite one et two, il y aura une coupe de la ligue, un salon de football professionnel qui sera parrainé par la confédération africaine de football, la super coupe qui opposera le vainqueur du championnat d’élite one et le vainqueur de la coupe de la ligue. L’organisation de toutes ces compétitions coûtera 4 milliards 200 millions de FCFA. Les caisses de la ligue sont pour le moment vides, et elle espère bien que les entreprises pourront l’aider à les remplir avant le coup d’envoi des championnats de football d’élite one et élite two.

Pierre Semengue, président de la ligue de football professionnel du Cameroun, lors de la rencontre au Gicam
Journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé