Politique › Institutionnel

Lutte contre Boko Haram: Les armées nigériane et camerounaise discutent

Le siège de l’état major nigérian abrite ce mercredi l’ouverture d’une rencontre bilatérale sur les moyens de lutter en commun contre la secte

Les forces armées camerounaises et nigérianes vont tenir pour la première fois une rencontre bilatérale de trois jours sur la sécurité ce mercredi au siège de l’état major nigérian à Abuja, dans la capitale nigériane, ont déclaré hier, mardi 14 octobre, des dignitaires de haut rang de l’armée nigériane.

Cette réunion s’inscrit dans le cadre des contacts internationaux entrepris par le Nigeria dans le but de se débarrasser du fléau que constitue l’insurrection de la secte islamiste, Boko Haram, et les autres activités terroristes qui sévissent dans la sous-région.

Organisé par le chef d’état major de la défense nigériane, le maréchal en chef de l’air, Alex Badeh, la réunion verra la présence de son collègue camerounais et une délégation militaire originaire de ce pays de l’Afrique centrale.

Cette réunion des forces armées des deux pays intervient au lendemain d’une rencontre parallèle tenue lundi par les ministres des Affaires étrangères du Nigeria, du Tchad, du Cameroun, du Bénin, qui ont finalement convenu de la mise sur pied d’un cadre légal pour renforcer les opérations militaires transfrontalières contre les membres de Boko Haram.

« Ce forum qui n’est qu’un suivi des précédentes rencontres internationales et régionales tenues pour renforcer une position commune dans le combat contre l’insurrection et le terrorisme, va permettre aux deux délégations d’identifier des voies et moyens pour consolider les relations professionnelles qui existent entre les deux pays et la coopération entre les forces armées dans la guerre contre le terrorisme dans la région ouest-africaine.

La rencontre bilatérale va également permettre aux forces armées des deux pays d’avancer dans leur collaboration pour contenir les activités des terroristes par des opérations militaires coordonnées le long de leurs frontières », a déclaré le porte-parole de l’armée nigériane, le général de division, Chris Olukolade.

Les attaques a répétition de Boko Haram sur le sol camerounais, les enlèvements et tueries enregistrés depuis la déclaration de guerre faite par Paul Biya à l’endroit de ce de ce groupe armé, le 17 mai 2014, semblent avoir douché l’appréciation du Cameroun. La rencontre bilatérale d’Abuja marque une modération de la position du pays qui s’était toujours opposé à la poursuite de membres de Boko Haram sur son territoire pour des principes de souveraineté de non-ingérence.

Le siège de l’état major de l’armée nigériane à Abuja
theeagleonline.com.ng)/n


À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé