Société › Société

Mfoundi : les maires appelés à rationaliser la collecte des impôts

Photo d'illustration (c) Droits réservés

Le préfet du Mfoundi, Jean Claude Tsila, appelle les maires à mieux organiser le processus de collecte des impôts dans le secteur du transport interurbain.

Les élus locaux sont appelés à trouver d’autres moyens pour contrôler le paiement des impôts par les mototaximen en service dans la ville de Yaoundé. Pendant trente jours, renouvelables si nécessaire, les brigades qui assuraient ce service dans les rues de la ville n’exerceront pas. Décision du préfet du Mfoundi, Jean Claude Tsila. »Après cette suspension de la police municipale, il y aura une évaluation dans un mois. Si les moto-taxis ne paient pas, nous prendrons une autre décision. D’autre part, nous demandons aux maires de rationaliser les méthodes de recouvrement des impôts »

« La police municipale en elle-même n’est pas une mauvaise chose« , soutient Jean Claude Tsila dont la décision est conséquente à des scènes de violence enregistrées ces derniers jours entre des éléments de ladite police et des opérateurs économiques de la ville.

« Certains se cachent sous le couvert de cette police municipale pour poser des actes qu’on ne peut ne pas sanctionner. C’est vrai qu’il n’y a pas eu mort d’homme hier à Yaoundé, mais nous ne pouvons pas tolérer de tels comportements« , a indiqué le préfet du Mfoundi cité dans la presse publique, édition de ce jeudi 14 février.

Allusion est ainsi faite aux affrontements ayant opposé mercredi les agents de la mairie de Yaoundé Ier à des conducteurs de motos-taxi après des sévices infligés à un chauffeur au Carrefour Elig-Edzoa. Il aura fallu l’intervention de la brigade anti-émeute pour un retour au calme.



À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé