Présidentielle 2018 › Cabral Libii

Présidentielle 2018 : « La vraie coalition c’est le peuple » (Cabral Libii)

©Droits réservés.

Ainsi s’est exprimé le candidat du parti Univers à l’occasion d’un ultime meeting tenu samedi à l’esplanade du stade Ahmadou Ahidjo.

Cabral Libii ne se ralliera finalement pas aux autres candidats de l’opposition pour le scrutin de ce dimanche.  Il avait pourtant toujours clamé qu’il était prêt à céder sa place au profit du candidat d’une coalition de l’opposition. Laquelle s’est mise en place, au dernier moment, entre Maurice Kamto du MRC et Akere Muna du FPD.

Ce samedi contre toute attente, Cabral Libii affirme devant une foule de militants et de sympathisants qu’il poursuivra la course en solitaire. « Voici la vraie coalition. La voici, la coalition du peuple », a-t-il déclaré devant une foule en liesse.

« On nous appelle pour des réunions dans lesquelles on veut nous faire croire que nous sommes des idiots et par la suite ces mêmes personnes nous parlent de coalition. Quelle coalition ? », a-t-il questionné sous le regard approbateur de son épouse Murielle Libii.

Les huit candidats qui s’opposent au président Paul Biya étaient appelés à faire bloc commun afin de présenter un seul challenger au scrutin de dimanche. Plusieurs tentatives pour répondre à cette attente des électeurs favorables à un changement de régime a connu moult échecs, pour des raisons non avouées. Une analyse des interventions des différents protagonistes –exception faite de Garga Haman Adji qui n’était pas partant pour une telle initiative et Adamou Ndam Njoya resté invisible durant toute la campagne – met à jour l’absence de critères objectifs pour la formation de la coalition. Il est également apparu des problèmes d’orgueil.

-Eveil des consciences-

Le meeting de samedi a constitué l’occasion pour Cabral Libii d’appeler les électeurs de Yaoundé à voter pour lui une fois dans l’isoloir. Il a également mis un point d’honneur à appeler ses concitoyens à exprimer avec détermination leur désir d’un « changement » au Cameroun. La foule a répondu à ses discours pour un éveil des consciences en scandant des slogans appris sur le champ tel « On ne veut pas le tchoko [la corruption en argo camerounais, Ndlr] ».

« Il est temps de choisir un président qui vous connaît et qui connaît vos problèmes. Un qui va trouver des solutions concrètes à vos problèmes », a-t-il indiqué. La foule a répondu en chœur à ses nombreuses exhortations en réclamant de Cabral Libii qu’il fasse deux mandats et non pas un seul comme il l’avait annoncé.



À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé