Politique › Institutionnel

Sud-Ouest : le bras de fer entre les chefs traditionnels et les autorités se poursuit

(c) Droits réservés

Les chefs traditionnels du Sud-Ouest ont défilé samedi dans les rues de Buea pour dénoncer la décision du gouverneur les enjoignant de participer au défilé du 20 mai prochain.

Les chefs traditionnels ne décolèrent pas contre le gouverneur du Sud-Ouest qui a ordonné qu’ils prennent la tête des différentes délégations de village lors du défilé de la Fête de l’unité, le 20 mai 2019. Ils ont marché dans les rues de Buea samedi pour réclamer l’annulation de cette décision et les excuses de l’autorité administrative.

C’est la sortie du préfet de Buea, Paul Wokam Kouam, qui a poussé les autorités coutumières à descendre dans la rue. Celui-ci s’en est pris vendredi au président de la Conférence des chefs du Sud-Ouest, menaçant de le sanctionner pour avoir défié l’autorité du gouverneur.

Berard Okalia Bilaï avait fait peser la menace d’une destitution à l’encontre de tous les chefs qui seraient absent au défilé. Ceux-ci ont réitéré samedi leur refus de se soumettre à sa volonté, affirmant être soutenu par les élites de la région pour la circonstance.

 

 

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé