Opinions › Tribune

France-Cameroun: diaspora bla bla bla…

Par Abdelaziz Mounde

Que penser de tous ces Camerounais qui militent doublement dans des partis en France et au Cameroun, tempêtent dans des réunions du PS, de l’ex UMP ou des Verts en proclamant de grands principes de liberté, de démocratie et de respect des valeurs républicaines et qui sont incapables de dire à leur camarade du RDPC, Ebenezer Njoh Mouelle, qu’on ne confisque pas une ambassade au bénéfice d’un seul parti?

Que penser de tous ces ressortissants camerounais qui possèdent la nationalité française, l’ayant donc perdu selon la loi, sauf exception prévue par le Code de nationalité au Cameroun, militants du RDPC et aspirant à présider un organe de base, sont incapables de demander une remise à plat pour sortir de la grande confusion et de la grande hypocrisie du refus de la double nationalité, alors même que les textes de leur parti sont clairs en leur article 6: pour être membre, il faut être de nationalité camerounaise?

Que penser de ces gens qui vous disent sous les chaumières, « ça ne va pas, il faut changer ceci ou cela, l’alternance est impérative, etc. » et à la première occasion où ils sont « invités », cautionnent toutes les turpitudes, confondant la courtoisie républicaine et corset des opinions?

Que penser de ces frères et s urs qui veulent tous les droits en France et ne s’expriment sur aucune violation des droits au Cameroun?

Ah, peut-être la garantie d’avoir un visa rapidement, d’un séjour tranquille au Mboa, d’obtenir des cartons d’invitation, d’être bien vu de Son Excellence, d’espérer saluer le président à l’aéroport et autres avantages de navrante portée…


Droits réservés)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé