Personnalités › Success Story

Francophonie: Le secrétaire général, clé de voûte du dispositif institutionnel

Abdou Diouf est devenu le visage de l’OIF car le poste de Secrétaire général est au centre de l’activité de l’organisation

C’était pour donner à la Francophonie sa pleine dimension politique que les chefs d’État et de gouvernement ont élu pour la première fois, en novembre 1997, lors du Sommet de Hanoï, un Secrétaire général de la Francophonie. Boutros Boutros-Ghali (Egypte) est le premier Secrétaire général de la Francophonie. Fonction qu’il exercera de 1998 à 2002. Abdou Diouf, ancien président de la République du Sénégal, est Secrétaire général de la Francophonie depuis 2002. Il a été réélu en 2006, par les chefs d’Etat et de gouvernement réunis lors du Sommet de Bucarest et réélu à Montreux en octobre 2010. Le Secrétaire général est le plus haut responsable de l’Organisation internationale de la Francophonie. Il conduit l’action politique dont il est le porte-parole et le représentant officiel au niveau international, légal et diplomatique. Le Secrétaire général assure un lien direct entre les instances et le dispositif opérationnel, c’est pour ça que la Charte le désigne comme la clé de voûte du dispositif institutionnel de la Francophonie: Il est responsable du secrétariat des sessions des instances de la Francophonie, il préside le Conseil permanent de la Francophonie qu’il réunit, et il siège de droit à la Conférence ministérielle de la Francophonie. Il nomme l’Administrateur de l’OIF qui exerce ses fonctions par délégation. L’organisation internationale de la Francophonie est le pivot du système multilatéral francophone, associant le pouvoir d’initiative politique du Secrétaire général aux actions de coopération. Dans le domaine de la coopération, il est responsable de l’animation de la coopération multilatérale francophone et préside à ce titre le Conseil de coopération qui regroupe l’Administrateur de l’OIF et les responsables de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie et des opérateurs spécialisés. Les quatre opérateurs spécialisés sont: l’Agence universitaire de la Francophonie(AUF), la chaîne internationale de télévision TV5, l’Association internationale des maires francophones (AIMF) et l’Université Senghor.

Abdou Diouf, est devenu ces dernières années le visage de l’organisation internationale de la francophonie. Né le 07 septembre 1935 à Louga, Abdou Diouf effectue ses études primaires et secondaires à Saint Louis au Sénégal, et après l’obtention de son baccalauréat, il entre à l’université de Dakar, la capitale, et s’inscrit en faculté de droit. Quelques années plus tard, il quitte Dakar et met le cap sur Paris en France, où il obtient en 1960, son brevet à l’école nationale de la France d’Outre-mer, Enfom. Abdou Diouf va alors démarrer une riche carrière internationale à 25 ans seulement. Il occupe plusieurs postes: Directeur de la coopération technique internationale, secrétaire général du ministère de la Défense et de Gouverneur de la région du Sine-Saloum. En 1963, Abdou Diouf alors directeur de cabinet du président sénégalais de l’époque, Léopold Sédar Senghor, se voit nommé au poste de secrétaire général de la Présidence du Sénégal en 1964. De 1968 à 1970, il occupe les fonctions de ministre du Plan et de l’industrie, et est désigné ensuite Premier ministre du Sénégal. Il faudra attendre le 1er janvier 1981 pour qu’Abdou Diouf devienne le Président du Sénégal, suite à la démission de son prédécesseur Léopold Sédar Senghor. Poste qu’il occupe jusqu’au début du nouveau millénaire, puisqu’il est réélu lors des élections présidentielles de 1983, 1988 et 1993. A l’issue de la présidentielle de 2000, Abdou Diouf cède pacifiquement le pouvoir à Abdoulaye Wade, respectant ainsi la voix des urnes. Une transition démocratique qui fut d’ailleurs saluée par la communauté internationale.

Après une riche carrière politique, Abdou Diouf ne compte pas prendre sa retraite et quitter la scène. Au contraire, il rebondit en 2002, où il est élu Secrétaire général de l’Organisation Internationale de la Francophonie, OIF. Il succède ainsi à l’égyptien Boutros Boutros-Ghali. Sans surprise, Abdou Diouf est reconduit à son poste quatre ans plus tard à Bucarest et en octobre 2010 à Montreux, les chefs d’état lui accordent à nouveau leur confiance.

Abdou Diouf

apf.francophonie.org)/n

À LA UNE
Retour en haut