› International

Gabon: Un nouveau gouvernement dit de « large ouverture » est en place

C’est la quasi reproduction de l’ancien gouvernement qui s’est montré défaillant face aux problèmes que connait le pays.

Le premier ministre Jean Eyeghé Ndong a rendu public le 14 janvier à 21 heures, la composition du nouveau gouvernement composé de 49 membres. On note l’entrée de l’opposition avec l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD), de la société civile et quelques vieux chevaux de retour. L’essentiel du Cabinet Eyeghé Ndong attendu par toute la nation depuis le 31 décembre 2008 est en place.

Ce gouvernement dit de large ouverture, de mission et dont l’objectif est d’être plus conquérant que les précédents gouvernements de Jean Eyéghé Ndong n’ont enregistré qu’un minima d’ouverture avec 9 nouvelles personnalités. Dépourvus d’envergure politique, les nouveaux ministres ne sauront rediriger l’action gouvernementale dans bonne direction pour vaincre l’inertie décriée par le chef de l’Etat.

Composé de 49 ministres, Premier ministre compris, on y dénombre 3 vice-Premiers ministres, 3 ministres d’Etat, 28 ministres et 14 ministres délégués. Le nouveau gouvernement est sans réelle surprise pour l’opinion nationale et ne comporte aucune innovation spectaculaire. Si oui, l’entrée au gouvernement de l’Ugdd avec la nomination de son secrétaire général Sylvestre Ratanga au ministère des Transports et de Paul Boundoukou-Latha comme ministre délégué à l’Environnement. En effet l’Ugdd, troisième force politique à l’Assemblée nationale du Gabon, avait annoncé, à travers un communiqué de presse, qu’il déclinait l’invitation à participer au gouvernement. « L’UGDD se demande si la formation d’un autre gouvernement d’ouverture, car il y en a déjà eu, est la solution idoine, la solution aux problèmes vitaux auxquels sont confrontés quotidiennement les Gabonais.

Par contre, si le Président de la République, conscient de la gravité de la situation actuelle du pays, éprouve le besoin d’associer des partis politiques à une réflexion préalable devant permettre une issue heureuse de celle-ci, « l’UGDD serait, patriotisme oblige, partie prenante et ferait des propositions conséquentes », a expliqué Zacharie Myboto, président de l’Ugdd. Le président de l’Union du peuple gabonais(UPG), principal parti de l’opposition, Pierre Mamboundou, en ce qui le concerne a posé des conditions à la participation de son parti à cette ouverture. Notamment la constitution d’une plateforme politique incluant la société civile, aux côtés des partis de la majorité et de ceux de l’opposition.
Dans une équipe compacte complètement renouvelée, on ne doit pas revoir les mêmes têtes et cette équipe ne vient pas pour faire carrière, elle vient pour travailler avec un programme bien déterminé, a expliqué le président de l’Upg

Omar Bongo, Président du Gabon
www.mincom.ga)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut