Sport › Football

Gabriel Zabo : «nous voulons remporter la Can»

Gabriel Zabo, sélectionneur des Lionnes indomptables

A quelques jours du début de la Can féminine «Maroc 2022», le sélectionneur des Lionnes a accordé une interview à Cameroon tribune.

 Vous entamez la préparation de la sélection nationale féminine à près d’un mois du début de la compétition. Avez-vous une idée précise de l’équipe que vous recherchez?

Evidement. Si aujourd’hui, nous n’avons pas à 90% une idée de l’effectif, ça veut dire que nous naviguons à vue. Nous avons une idée claire et précise à 95% des filles qui participeront à cette compétition. On saura faire un savant dosage pour trouver l’équilibre de l’équipe avec les pionnières. Il y a le socle de l’équipe et celles qui vont venir se greffer, pour pouvoir bâtir une équipe solide, qui doit gagner la Coupe d’Afrique.

Quelles sont les pistes à explorer pour mettre sur pied une équipe compétitive ?

La mise sur pied d’une équipe compétitive concerne presque tous les compartiments du jeu. Nous avons gardés certaines filles «cadres» autour de la capitaine. Maintenant, nous avons certains postes où il faut effectuer des remplacements, puisqu’il n’y a plus les anciennes. C’est ça qui va constituer toute une équipe, c’est-à-dire les anciennes qui n’y sont plus. Maintenant, nous allons faire une sélection, la meilleure possible pour que cette équipe soit équilibrée, et aussi une gagnante.

Vos prédécesseurs ont amorcé la reconstruction du groupe. Où en êtes-vous sur la question ?

Nous sommes en train de rebâtir cette équipe dans la continuité, tout en apportant notre touche personnelle. Nous sommes à une période charnière. Nous sommes en train de rajeunir le groupe. Mais le processus de rajeunissement ne veut pas dire bousculer toute la hiérarchie. On va faire un savant dosage entre les anciennes et les nouvelles. Avec mon expérience de six ans passés dans l’équipe junior filles je pense connaître beaucoup jeunes, qui se retrouvent aujourd’hui en équipe sénior avec moi. Il faut reconnaître que la sélection du Cameroun n’est pas fermée à aucune joueuse. On peut ne pas être là, on peut revenir tant qu’on voit que vous êtes performants sous d’autres cieux. Le problème ici n’est pas de faire la chasse aux sorcières. Le véritable problème c’est de mettre les filles compétitives dans cette équipe afin de trouver l’équilibre, afin de gagner la cette compétition.

A côté du match amical contre la France, d’autres sparring-partners de choix sont-ils envisagés ?

Tout à fait. Nous allons disputer deux matchs amicaux internationaux contre le Sénégal, en aller et retour, les 16 et 19 juin prochains. Ces deux matchs vont nous servir de baromètre pour aller jouer contre la France. Après le match contre la France, nous verrons véritablement à quel niveau nous nous situions par rapport à la préparation. On aura une idée de l’équipe qui pourra aborder cette compétition-là. Nous allons chercher à gagner contre la France. Mais, il s’agira surtout de voir notre niveau de préparation.

A quel moment les professionnelles arrivent-elles ?

Il y en a déjà. Certaines binationales sont déjà là comme Frédérique Messomo et Kamoo. Dans cet effectif, on trouve aussi celles qui jouent dans le championnat marocain. Il était de bon ton pour nous de les voir. De savoir si elles peuvent apporter quelque chose à cette sélection. On a fait ce premier regroupement en tenant compte de la disponibilité des unes et des autres. C’est un processus qui continue.

Nous allons par la suite faire un deuxième regroupement avec quelques binationales encore, et avec une grande partie des joueuses qui évoluent en Europe de l’Ouest et en Europe centrale. Elles seront libres. On aura certaines locales pour pouvoir jouer les deux matches contre le Sénégal, ensuite, on fera une dernière liste pour poursuivre le stage du côté de l’hexagone, avec 26 joueuses. Avec cette fois, la quasi-totalité de l’effectif.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé