› Société

GĂ©rard Essi : « Encourager les populations Ă  construire dans les règles d’urbanisation »

Gérard Essi, coordonnateur du projet Pady. ©Droits réservés

Le coordonnateur du Projet d’assainissement de Yaoundé (Pady), un organe de la Communauté urbaine de Yaoundé, explique les causes des inondations dans la ville de Yaoundé et parle des chantiers engagés pour les prévenir et/ou les réduire.

Quelles sont les causes des inondations observées dans la ville de Yaoundé pendant les saisons pluvieuses ?

Les inondations sont dues à des facteurs naturels et humains. Pour ce qui est des facteurs naturels, les inondations sont un phénomène de pluies qui entrainent un ruissellement des eaux. Celles-ci ruissèlent dans les zones au relief bas, les zones humides, les drains, les rivières, etc. Et, lorsque ces rivières n’arrivent plus à évacuer ces eaux, elles sortent de leur lit et vont créer des inondations. Quelquefois, elles sortent de leur lit parce que les drains sont encombrés par des éléments solides qui y ont été déversés, les déchets, par exemple. Les inondations viennent également du fait que les populations procèdent au remblaiement des marécages, le déversement des terres dans les marécages, lesquels servent initialement à accueillir le trop plein d’eau, pour que les eaux s’écoulent naturellement sans causer de dégâts. Mais, lorsqu’on vient remblayer ces zones, on se retrouve à amener les eaux à chercher leur chemin et ces chemins-là généralement ce sont les concessions environnantes, etc.

En ce qui concerne les facteurs humains, on peut parler du phénomène de l’urbanisation qui, quelquefois, est mal maîtrisé ou incontrôlé. Les règles d’urbanisme prescrivent que les constructions laissent une partie des parcelles non construite. Mais il se trouve aujourd’hui que, soit on a construit sa maison et on a imperméabilisé cette partie de la parcelle, en plus on a fait un dallage sur le reste de la concession, et les eaux ne peuvent plus s’infiltrer. Ce qui en découle, c’est qu’on a plus d’eau qui ruissèle. Et ces eaux vont traverser les ouvrages d’assainissement qui se retrouvent sous-dimensionnés par rapport aux eaux qui devait passer par là, du fait de cette imperméabilisation tous azimuts. La ville en souffre et les inondations ne font que se propager.

Lorsque je parlais de phénomène naturel, vous savez que nous sommes dans une ère où nous constatons les effets des changements climatiques. On ne maîtrise plus les saisons. Il y a des moments où on a des pluies plus intenses ou plus longues, et qui créent énormément de dommages. On a des vents qui sont, quelquefois, très forts. Tout cela, ce sont des phénomènes qu’on ne maîtrise pas assez. Il est prescrit qu’on arrive à avoir des actions résilientes, qui visent justement à atténuer ces phénomènes de changement climatique pour que les populations subissent moins leurs conséquences. Il faut, par exemple, arriver à planter plus d’arbres pour essayer d’améliorer la production de l’oxygène et l’absorption du gaz carbonique.

Qu’est-ce qui est fait au niveau de la Communauté urbaine de Yaoundé pour réduire la montée des eaux dans les quartiers ?


Plusieurs actions sont menées à l’échelle de la ville. Je vais commencer par l’amélioration qui a été apportée pour faciliter la délivrance des permis de construire. C’est une démarche qui vise à encourager les populations à construire leurs maisons dans le respect des règles d’urbanisation. C’est une action indirecte qui va aller dans le sens, si elle est respectée, d’atténuer le phénomène d’urbanisation mal maitrisée ou mal contrôlée. Nous avons aussi des actions directes, notamment la construction des canaux de drainage pour calibrer le lit de certains cours d’eau afin de faciliter l’écoulement de ces eaux-là. Le projet d’assainissement de Yaoundé (Pady), dans sa première et sa deuxième phase, aura permis de construire 17,5 km de canaux sur le lit principal du Mfoundi mais aussi sur quatre de ses affluents. Là, on aura davantage d’écoulement dans le drain. Des zones inondées vont pouvoir être éloignées de ce phénomène d’inondation. Par ailleurs, nous sommes en train de procéder au recrutement de prestataires à l’effet d’implémenter des circuits de pré-collecte des ordures ménagères. Ce circuit de pré-collecte des ordures ménagères vise à enlever davantage de déchets produits dans les ménages, pour que ceux-ci ne se retrouvent plus dans les rivières comme c’est le cas actuellement. Lorsqu’elles se retrouvent dans les rivières, ces déchets entraînent le bouchage des ouvrages et le débordement des eaux.

Nous avons également un certain nombre de prestations, une étude de prévention des inondations à l’effet de mettre en place un système un système d’alerte, pour, qu’à chaque fois que des pluies tombent, on arrive à voir comment évolue le phénomène de pluies. Cela nous permettra d’évaluer la montée des eaux après chaque pluie.

Après la pluie de lundi dernier, de nombreux quartiers de la ville de Yaoundé ont été sinistrés par les inondations. Dans certaines zones, les populations découvraient le phénomène d’inondation dans leur environnement. Qu’est-ce qui peut l’expliquer ?

On peut l’expliquer de deux manières. L’une des manières c’est que, la ville fait l’objet de travaux d’aménagement de drainage. Pour assurer la construction de ces canaux, quelquefois, les entreprises procèdent à des déviations d’écoulement des eaux, pour travailler dans une zone asséchée. Cela facilite la mise en œuvre de ces travaux et il se trouve que nous sommes dans une phase de transition entre la petite saison sèche et la grande saison des pluies. Et, par endroit, ces déviations étaient encore fonctionnelles et donc, les drains n’étaient pas entièrement libérés. Ça a entraîné une montée des eaux assez rapidement, aussitôt que la grande pluie est arrivée. En outre, on peut parler du remblaiement des marécages. Dans certains quartiers, certains marécages ont été remblayés par les riverains, ce qui a réduit la section d’écoulement des eaux. Et dès que les eaux de cette grande pluie sont arrivées, elles ne pouvaient plus s’écouler naturellement, à l’intérieur du lit des cours d’eau, les eaux sont sorties et sont allées trouver les riverains et les ont inondés.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut