Société › Société

Gestion des déchets: les établissements scolaires de la Menoua sensibilisés

Ce programme est l’une des activités menées, du 20 au 24 octobre 2015, à l’occasion de la 2ème édition de la Semaine annuelle de Gestion des déchets de la commune de Dschang à l’Ouest

Les élèves d’une quarantaine d’établissements scolaires et les commerçants des marchés des six communes du département de la Menoua ont désormais connaissance des procédés en matière de collecte et de gestion de déchets. Ils ont également la maîtrise de la fabrication du compost à partir des ordures ménagères. Ces tranches ciblées de la population départementale ont reçu les enseignements y afférents le 22 octobre 2015 du Projet de Gestion des déchets de la commune de Dschang, sous la conduite de son coordinateur dudit programme, Etienne Foo Sangon Kenfack.

Globalement, l’on retient que brûler les ordures revient à endommager l’environnement, qu’on peut transformer à domicile ses déchets en compost pour l’agriculture et qu’il faut créer des points de collecte et de traitement des déchets dangereux, à l’instar du plastique et des déchets hospitaliers. Surtout, la meilleure façon de gérer les déchets, c’est d’en limiter la production, en optant pour une utilisation multiple de certaines matières.

Cette activité de sensibilisation comptait pour la deuxième édition de la Semaine annuelle de Gestion de déchets, tenue du 20 au 24 octobre 2015. Pendant les cinq jours, une équipe de jeunes volontaires du club environnement de l’université de Dschang a stationné à la place des fêtes de cette cité pour poursuivre cette sensibilisation. Des programmes radiophoniques ont été produits et diffusés sur les antennes des radios locales de la Menoua. Organisée à l’échelle communale en 2014, la semaine a été étendue à tout le département en 2015.

Les organisateurs ont retenu pour cette deuxième étape le thème: «Sols sains pour une vie saine : quelles contributions des communes du département de la Menoua pour la préservation de la Terre mère?». Une conférence regroupant des experts des sciences du sol, de l’environnement et de la gestion des déchets s’est tenue sous cette thématique le 21 octobre dans la salle des actes de la commune de Dschang. Il en ressort que le compostage des ordures est une solution d’avenir pour les villes camerounaises.

À l’occasion de la cérémonie de clôture de la Semaine annuelle de Gestion des déchets de Dschang, les communes de Santchou et de Nkong-Zem ont reçu du matériel pour la collecte des déchets sur leurs territoires: bacs à ordures, brouettes, gants, tenues, fourches, râteaux, pelles, bottes, panneaux d’identification. Nkong-zem a, en outre, reçu une moto tricycle. Quant à Santchou, la municipalité a, en plus du matériel déjà cité, reçu la somme de 1. 000 000 F cfa destiné à l’aménagement de sa plateforme de traitement des ordures. Les communes de Fongo-Tongo et de Penka-Michel ont été servies au mois d’août 2015.

Bilan du PGD
Lancé le 01er avril 2011, le Projet de Gestion des déchets de la commune de Dschang est arrivé à son terme à l’issue de la semaine qu’il a organisé. Il a été mis sur pied par deux associations. Il s’agit de Tockem qui est de droit camerounais et de «Ensemble pour l’Action Nord/Sud» (ELANS) qui ressort du droit français. La première est dirigée par le Dr Pierre-Marie Metangmo, et la seconde, par Blaise Metangmo. Les deux sont originaires de la Menoua et disent avoir le souci du développement local.

Du matériel de collecte des ordures destiné aux communes de Santchou et de Nkong-zem.
Hindrich Assongo)/n

D’après le président d’ELANS, le PGD a été doté en quatre années d’existence, d’une enveloppe de 300 millions F cfa. Les fonds ont été levés auprès du Conseil du développement du Nord (France), du ministère français des Affaires étrangères, de France Solidaire et d’autres organismes. L’objectif était «de faire des six communes de la Menoua, des exemples en matière de gestion des déchets, avec Dschang comme point focal», a affirmé le président d’ELANS.

À l’heure du bilan, il retient que la commune de Dschang a reçu deux camions à compaction neufs et quatre tricycles pour la collecte des ordures. Les autres municipalités ont reçu des tricycles et d’autres matériels. Il y a eu beaucoup de communication. «À Dschang, le taux de collecte des déchets, jadis très bas, a été porté à 30 %. Toutes les six communes ont aujourd’hui un schéma directeur en matière de gestion des déchets», a-t-il noté. Avant de conclure, «ce qui s’est passé en matière de gestion des déchets ces dernières années à Dschang est quelque chose d’inédit».

Les associations ELANS et Tockem d’engagent à continuer leurs actions d’importation des projets d’eau et d’assainissement dans la Menoua. Quant à la commune de Dschang, elle est appelée à mettre en place un organisme pour prendre la relève du Projet de Gestion des déchets. D’après le maire, Beaudelaire Donfack, un programme de quatre ans va bientôt démarrer ses activités en matière de traitement et de valorisation des déchets. L’enveloppe se chiffre à 480 millions F cfa. L’Union européenne est le principal pourvoyeur de cette somme. Et dans ce cadre, il est prévu la mise en place d’une agence municipale de gestion des déchets, organe dont l’organigramme a d’ores et déjà été adopté. Les déchets à Dschang ont de sombres jours devant eux.

L’équipe de sensiblisation déployée à l’occasion de la semaine de gestion des déchets 2015 à Dschang.
Hindrich Assongo)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé