Société › Société

Gestion des Forêts: Une conférence pour faire le point en Afrique centrale

Des experts venus de la sous-région et d’autres pays assistent depuis hier à cet évènement dédié à la science et aux politiques du domaine

Le Centre de recherches forestières internationales (CIFOR) et ses partenaires proposent depuis le 21 mai 2013 des travaux consacrés à la science et aux politiques intitulés « Gestion forestière durable en Afrique centrale : Hier, aujourd’hui et demain» dans la capitale Camerounaise Yaoundé. Le but de l’activité est de rassembler les principaux décideurs de la région, les bailleurs de fonds, les médias, les chercheurs et les experts forestiers pour leur permettre de discuter des thèmes et des défis essentiels auxquels sont confrontés la gestion durable des forêts d’Afrique centrale, la biodiversité qu’elles abritent et les populations qui en dépendent, a expliqué lors du point de presse organisé à cet effet le Dr Richard Eba’a Atyi le coordonnateur pour la sous-région Afrique centrale du CIFOR. Aux termes des travaux qui s’achèveront ce jour 23 mai, Les participants détermineront en commun les enseignements les plus importants pouvant être tirés du passé, les thèmes de recherche les plus cruciaux et les démarches politiques les plus stratégiques pour la gestion durable des ressources forestières de la région à retenir pour l’avenir. Le choix de l’Afrique centrale pour le CIFOR et ses partenaires relève de ce que la région abrite le deuxième massif de forêt tropicale humide de la planète après l’Amazonie en Amérique Latine. Avec une superficie deux fois plus réduite, de récents résultats scientifiques ont établi que le niveau de déforestation était similaire à celui de l’Amazonie.

La région abrite aussi une riche biodiversité : plus de 10 000 espèces végétales, 1 000 espèces d’oiseaux, 400 espèces de mammifères, et trois des quatre espèces de grands singes du monde. Les forêts du bassin du Congo ne jouent pas seulement un rôle essentiel dans le domaine de la conservation de la biodiversité. Ils fournissent aussi, comme puits de carbone et bassin hydrographique, des services écosystèmes vitaux pour la région comme pour la planète a expliqué le docteur Anne Marie Tianni, lors d’un entretien la veille avec la presse. La rencontre intervient dans un environnement particulier pour la situation des forêts dans le monde et leurs rôles pour le développement durable de l’humanité et aussi de la sous-région. La croissance de la population et le commerce mondial ont contribué à l’augmentation de la déforestation. L’agriculture constitue aussi une menace sérieuse pour les forêts car les petits exploitants pratiquent surtout des techniques traditionnelles peu productives et la culture sur brûlis, ce qui peut occuper une importante superficie forestière. Le développement potentiel de l’agro-industrie, de la production d’huile de palme et de biocarburants et de l’exploitation minière est une autre préoccupation grandissante. Des recherches démontrent aujourd’hui que les routes forestières menant aux sites exploités pénètrent dans des zones précédemment intactes, en facilitant ainsi l’accès et ouvrant la voie à des menaces plus indirectes. Dans ce contexte, l’utilisation durable et le développement économique des ressources forestières, comme le rôle des forêts dans l’aménagement du territoire, sont devenus partie intégrante du développement durable de la région. Face à la hausse de la demande en moyens de subsistance, il sera très difficile dans les décennies qui viennent de maintenir la couverture forestière, celle des forêts de production comme celle des forêts dédiées à la conservation, peut on lire dans un rapport de 2008 intitulé « Etat des forêts » et disponible sur le site de la Commission nationale des Forêts d’Afrique Centrale.

Gestion des Forêts: Une conférence pour faire le point en Afrique centrale
tele50.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut