Culture › Livres

Gilbert Tsala Ekani parle de son nouveau livre: «Paul Biya et la Lékié, d’amour et de raison»

L’ouvrage que vient de commettre le journaliste a été dédicacé le 21 avril 2015 à Yaoundé. Sur les grands axes de sa pensée, «GTE» a tenu à lever quelques équivoques

«Paul Biya et la Lékié, d’amour et de raison». Pouvez-vous nous en faire l’économie?
C’est un deuxième livre sur le président Paul Biya. J’avais déjà publié une première partie de cet ouvrage†là, le tome I et j’ai voulu l’enrichir en ajoutant donc le tome II. Le premier rappelle l’histoire du président de la République avec le peuple de la Lékié, et là je remonte à très loin dans l’histoire en parlant d’abord de ce qui s’est passé avec l’ancien régime. Régime qui a été remplacé lui-même et qui était conduit par un fils de la Lékié en l’occurrence André Marie Mbida. Par la suite, il y a eu beaucoup de difficultés pour nombre de fils de la Lékié parce que beaucoup de gens les soupçonnaient d’être de mèche avec André Marie Mbida qui était le leader du parti des démocrates camerounais dans les années 1958. Et ceci a sans doute créé quelques frustrations au niveau des fils de la Lékié. Monsieur Biya est arrivé au pouvoir, on a eu l’impression qu’il y avait une poussée d’air frais qui n’était pas seulement sensible qu’au niveau de la Lékié mais aussi sensible au niveau de la République. Vous savez qu’il a réinstauré le multipartisme au Cameroun en 1990. Et avant ça, il avait déjà ouvert son parti aux candidatures multiples. Sa visite à Monatélé avant l’élection présidentielle de 1992 était d’ailleurs la seule visite qu’il a faite sur le terrain dans la Lékié.

Alors dans le tome II, j’ai voulu ajouter deux ou trois choses; d’abord raconter la visite qui à mon humble avis, est l’élément fondateur entre Paul Biya et la Lékié. Je raconte ce jour†là comment ça s’est préparé, comment ça s’est passé avec des témoignages à l’appui et la deuxième chose est que j’ai voulu ajouter ces témoignages des personnalités ou des personnes de la Lékié. Chacune donne ses raisons, ce pourquoi il s’est engagé dans la politique, pourquoi seulement dans le parti de Paul Biya, qu’est†ce qu’il pense du régime actuel. Chacun le dit tout à fait librement. Je dois préciser que ce livre est le fruit de la réflexion du ministre Henri Eyebe Ayissi qui m’a convaincu de le rédiger et je dois d’ailleurs le remercier parce que cela m’a permis de faire mes propres recherches et de mieux comprendre l’histoire de la Lékié et par ricochet l’histoire du Cameroun.

Un autre livre qui parle de Paul Biya dans un espace littéraire qui en compte déjà beaucoup. Que répondez-vous à ceux qui soupçonnent votre livre de clientéliste?
Je ne peux pas empêcher aux gens de penser comme bon leur semble. Vous savez qu’on est dans un État de liberté, les gens peuvent soupçonner ce qu’ils veulent. Moi en acceptant d’écrire ce livre, je n’avais pour ambition modeste que d’apporter mon témoignage à la compréhension de l’histoire du Cameroun. Demain ou après-demain, je ne serais plus là, donc il faut que même les gens qui ne sont pas de la Lékié connaissent l’histoire car, c’est important. André Marie Mbida n’était pas seulement fils de la Lékié, il était premier ministre du Cameroun. Quand je raconte ce qui s’est passé, c’est un pan de l’histoire de notre pays que je permets aux gens de mieux comprendre. Maintenant les gens peuvent dire ce qu’ils veulent. Moi je n’avais pas d’autres ambitions que celle†là.

Un autre titre en chantier?
Oui! Vous savez quand on se met à écrire, on ne peut plus s’en passer. Je suis en train d’écrire un autre ouvrage. Et si Dieu me donne la vie, vous aurez bientôt les nouvelles de ce livre†là et souffrez que je n’en dise pas plus.


Intégration)/n


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé