› Eco et Business

Gisement de fer de Mbalam ou le soleil qui se lève à l’Est!

Si l’exploitation forestière n’a pas désenclavé et développé cette région, la production minière elle suscite beaucoup d’espoir

Le premier train de fer attendu début 2012
C’est la 4e réserve minière au monde et la 2e en Afrique, le gisement de fer de Mbalam contient plus de 2,4 milliards de tonnes de minerais à teneur variée (40% de moyenne) et plus de 170 millions de tonnes de réserves à forte teneur (70% de moyenne). La localité est proche de la frontière avec le Congo Brazzaville dans le sud-est du Cameroun, le gouvernement souhaite voir en 2012, le premier chargement de fer en provenance de cette mine partir du port de Kribi. En fait l’exploitation a officiellement commencé le 27 septembre 2010, 50 milliards Fcfa ont été investis pour les premiers travaux, la société à capitaux australiens Cam Iron S.A. a été retenue pour la cause. L’investissement total est été évalué à 1500 milliards de Fcfa et le Cameroun contribuera à hauteur de 375 milliards de Fcfa.

Les principaux atouts
Le projet regorge d’importantes quantités de fer – le site est relativement proche de la mer, la profondeur acceptable de la mer à Kribi pour les bateaux minéraliers – la densité du réseau hydrographique du Cameroun qui en fait le deuxième de l’Afrique et le quatrième au monde – et enfin la disponibilité d’une main d’ uvre locale bien formée en sont les principaux points forts. La mise en valeur rapide de ce site va nécessiter la construction d’une ligne de chemin de fer longue de 450 km qui relie Mbalam à Kribi pour l’exportation des minerais extraits. Selon des estimations, la mise en valeur du fer de Mbalam ouvre de grosses perspectives en terme de création d’emplois (de 2000 à 3000 emplois directs, dont 1000 emplois permanents d’ici 2011). En attendant on compte déjà une centaine de personnes (cuisiniers, chauffeurs, grutiers, ouvriers, etc) qui travaillent sur le site. Outre le chemin de fer, il y a en projet la construction d’une mine, d’un port, la construction de salles de classe et l’aménagement d’un aérodrome pour les évacuations sanitaires. Des initiatives en cours sondent le sous-sol pour une meilleure évaluation des quantités non détectées, on parle de 12 milliards de Fcfa engloutis dans cette perspective. De ce projet, les autorités attendent une production annuelle de 35 millions de tonnes sur une période de vingt ans, le projet rentre dans le cadre du dispositif du gouvernement qui veut développer le secteur minier, stimuler la croissance et lutter contre la pauvreté. En dépit de l’accident d’avion qui a couté la vie aux dirigeants de Cam Iron S.A., les nouveaux patrons ont promis de poursuivre avec détermination cette initiative. La société Cam Iron conduit ce projet depuis le 27 septembre 2005, date à laquelle lui a été délivré le permis de recherche. Les promoteurs auraient déjà mis en évidence 220 millions de tonnes de minerais riches et 2,2 milliards de tonnes de minerais moyens. Ils estiment que ces volumes sont suffisants pour envisager l’exploitation du gisement qui a une continuité au Congo Brazzaville. Selon le directeur des mines et de la géologie, Guillaume Mananga, le Cameroun ne s’oppose pas au jumelage avec le projet du Congo, à condition que le projet de Mbalam ne soit pas dépendant de celui de ce pays voisin. Sundance détient les 90% de part d’actions dans le projet, contre 10% par la société Cam Iron. La construction d’une infrastructure de transport de Mbalam jusqu’à la côte maritime de Kribi est une contrainte. L’option du gouvernement étant la construction du chemin de fer, précise Guillaume Mananga.

Du minerai de fer extrait d’une mine
Ac-grenoble.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut