Sport › Autres sports

Golf: Yaoundé fait swinguer les dames

Un tournoi dédié aux femmes de l’Afrique centrale et de l’Ouest se dispute dans la capitale camerounaise

Rencontré hier au Golf Club de Yaoundé, la Franco-Camerounaise Hélène Lancesseur, la promotrice du tournoi a justifié ses motivations, trois jours après l’entame de la compétition: «J’ai décidé d’organiser ce tournoi au golf club de Yaoundé parce que c’est un beau parcours. C’est une belle carte postale. On a été choisi en 2013 lors de la dernière édition du même tournoi au Togo. C’est en fait une association qui existe depuis longtemps et le Cameroun est le sixième pays à abriter le tournoi qui se déroule toutes les années impaires». «Le West and Central Africa Challenge Trophy en abréviation Wcact est un tournoi qui regroupe les dames amateurs de l’Afrique centrale et de l’Ouest en prélude au All Africa challenge trophy, qui a lieu toutes les années paires; le prochain aura lieu en 2016 en Tunisie. Le Wcact est donc une sorte de tour d’entraînement pour toutes celles qui y prennent part, avant ce grand tournoi qui regroupe toute l’Afrique», explique Hélène Lancesseur qui est une valeur sûre du golf féminin camerounais.

En effet, tous ceux qui ont fait un tour au Golf club de Yaoundé entre dimanche dernier et hier, ont observé que cet espace est occupé par des dames venus de pays d’Afrique centrale et de l’Ouest. Originaires du Benin, du Burkina Faso, du Sénégal, du Gabon, du Togo, de la Côte d’Ivoire et du Cameroun, elles sont à Yaoundé pour disputer la sixième édition du West and central Africa challenge trophy.

Hier, elles étaient rendues au troisième tour de cette compétition et le moins que l’on puisse dire c’est que ces dames ne se font aucun cadeau, dans la mesure où aucune ne veut se laisser faire. «Après trois jours de compétition, on se rend compte que même le terrain sur lequel on joue tous les jours est dur. Ce n’est pas facile, surtout quand on a la pression et qu’on a plusieurs supporters derrière soi. Toutes les dames ont la niaque et veulent gagner, afin de repartir avec le trophée du vainqueur», nous a dit, hier, Hélène Lancesseur.

A voir les dames jouer, on ne peut pas dire qu’elles sont obnubilées par le challenge dont parle Hélène Lancesseur, dans la mesure où la convivialité est de mise entre ces joueuses qui ne se connaissent que trop bien. «Notre premier objectif c’est de valoriser le golf féminin en Afrique, surtout en Afrique centrale et de l’Ouest, où on n’a pas encore cette culture. Il n’y a pas d’animosité, on se connaît toutes, nous avons l’habitude de jouer avec plusieurs de nos adversaire», soutenu, hier, Marie-Cécile Poncet, la vice-président de la Fédération gabonaise de golf, qui prend part au tournoi. C’est vrai que cette bataille qui donnera son verdict ce jour est très rude, mais, Hélène Lancesseur donne des chances de croire aux supporters camerounais: «Il y a une bonne chance que le trophée reste au Cameroun. Nous sommes une équipe, nous jouons collectifs».


Droits réservés)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé