› Eco et Business

Gouvernance et société civile: 15 projets primés par la Banque mondiale

Environ 144 millions de FCFA pour soutenir les projets en santé, forêts et éducation pour l’émergence du Cameroun en 2035

Le projet de construction et dénonciation de la corruption en milieu scolaire
Les prix ont été remis ce vendredi 15 juillet 2011, au palais des congrès de Yaoundé. C’était au cours du forum sur la gouvernance tenu en marge de la foire aux idées des 14 et 15 juillet 2011. Ces prix des différentes organisations venues de toutes les régions du Cameroun, qui ont présenté et défendu avec compétence et fierté leurs idées pour améliorer la gouvernance dans la santé, l’éducation, les forets ont oscillé entre 15 (environ 7 millions) et 20 mille dollars (environ 9 millions) selon les propositions de projets de chacun. Au total 15 projets parmi les 30 retenus ont été primés par la Banque mondiale (BM). Les attestations ont été remises par l’ambassadeur itinérant du Cameroun. En les remettant, Roger Milla, a indiqué aux perdants d’être sportifs et de persévérer dans leurs actions. Parmi les projets originaux, on peut citer le projet de construction et dénonciation de la corruption en milieu scolaire (Citizens led monitoring-improving access to basic médication). C’est le premier projet ayant captivé les bailleurs de fonds et c’est lui qui a occupé la tête du classement. Il est suivi du projet de conception d’un mécanisme de protection des dénonciateurs des actes de corruption en milieu scolaire dans la région de l’Ouest Cameroun, (children education through women empowerment).

Implication citoyenne dans la gestion de la ressource forestière
Le forum du 15 juillet 2011 a lui-même porté sur: l’implication citoyenne dans la gestion de la ressource forestière. L’école primaire est-elle vraiment gratuite au Cameroun ? Donner une voix aux citoyens à travers des technologies de l’information et de la communication, L’impact sur le développement de la participation citoyenne dans les affaires publiques locales : l’expérience du Cameroun. Voilà les thématiques débattues. Il ressort de cette dernière réflexion, telle que déroulée par Magloire Ondoua, qu’il faut un emprunt obligataire dans le domaine forestier, une implication des personnes publiques et privées dans la gestion publique, et une redevance forestière qui doit inclure les communautés et l’Etat à la fortune publique. On a aussi noté que l’insuffisance de l’éducation pose un déficit sur l’ensemble du territoire national avec 9 000 salles de classes seulement. Et pour une bonne gouvernance, on doit accroitre les crédits pour que l’école connaisse une gratuité d’accès avec les taxes. D’autre part, on doit pouvoir donner une voie aux citoyens avec les Technologies de l’information et de la communication (TIC), a défendu l’agrégé de droit public.

Amélioration de la gouvernance au niveau local
On retient qu’il faut utiliser les techniques pour permettre aux citoyens de participer à la gouvernance dans le secteur des TIC. Concernant l’influence du budget participatif sur le développement, l’impôt doit perdre son caractère autoritaire et être plutôt consenti. Le représentant de la Banque mondiale a félicité les gagnants des projets. J’implore les représentants de la société civile, le monde universel et les partenaires aux développements à la recherche des voies de dialogue pour améliorer la gouvernance, car cette nouvelle banque mondiale synonyme de savoir, partenariat et financement est un terme de partenariat et de développement, a souligné Raju Jan Singh. Cette première initiative de la Banque mondiale pour le développement de la société civile camerounaise joue un rôle majeur dans l’amélioration de la gouvernance au niveau local. Elle a connu la participation de multiples membres du gouvernement, des acteurs de la société civile, du secteur privé et des médias. Pendant deux jours, ils ont réfléchi sur la vision stratégique et la gouvernance pour l’émergence du Cameroun en 2035. Ils ont tablé ainsi sur les thèmes se rapportant aux infrastructures, la démographie; le défi de la décentralisation, des finances publiques au Cameroun, etc.

Raju Jan Singh, économiste en chef au bureau Cameroun de la Banque Mondiale
Banque Mondiale)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé