Personnalités › Diaspora

Griedge Mbock, un poids lourd au sein des Bleuettes

La footballeuse d’origine camerounaise figure systématiquement dans le onze de départ de l’équipe de France à la coupe du monde féminine de football. Un titre de capitaine qui se mérite

Le parcours de la France au Canada est placé sous le signe de l’évolution. Le sélectionneur Gilles Eyquem a fait le pari du repos et du renouvellement. Depuis le début du tournoi, chaque joueuse a effectué un passage sur le banc, à une occasion ou à une autre. Dans ces conditions, une performance de premier plan ne garantit pas nécessairement une place de titulaire au match suivant. Pourtant, au sein de cette formation extrêmement flexible, Griedge Mbock Bathy figure systématiquement dans le onze de départ d’Eyquem.

Elle représente l’ingrédient de base dans la recette du succès des Bleuettes. La Franco-camerounaise a disputé l’intégralité des 390 minutes de jeu de son équipe et n’échangerait toutefois sa place pour rien au monde. «Je le prends comme un grand compliment», explique la capitaine française. «Je sais que l’entraîneur compte sur moi pour diriger la man uvre sur le terrain et négocier les moments difficiles. C’est un rôle qui me convient. Nous parlons souvent ensemble. Il m’a dit qu’il avait confiance en mes qualités de meneuse. De mon côté, j’ai très envie de lui donner raison. Je compte bien tout faire pour aider mes partenaires à atteindre leurs objectifs.»

S’il y a beaucoup de personnalités dans l’équipe, la tâche de Griedge consiste à parler à tout le monde et à s’assurer que le groupe fonctionne bien. «Certaines n’ont pas la langue dans leur poche, d’autres sont plus réservées», décrit-elle. «Il y aussi les danseuses : Aissatou Tounkara, Aminata Diallo et moi. Nous avons nos blagueuses, comme Faustine Robert et Deborah Garcia. Il faut de tout pour faire un monde et l’ambiance est bonne. Je veille simplement à ce que l’équilibre soit respecté, afin que tout le monde avance dans la bonne direction.»

Sa capacité à fédérer figure évidemment au nombre de ses atouts mais son omniprésence sur le terrain s’explique également par une autre raison: Mbock Bathy est avant tout une excellente joueuse. Alors que les distinctions individuelles sont habituellement réservées aux attaquantes et aux milieux de terrain, la défenseuse a réussi un petit exploit en s’adjugeant le Ballon d’Or adidas de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2012.

Y aller franchement
La joueuse de l’En Avant Guingamp fait preuve d’une grande autorité au sein de l’arrière-garde et ce n’est pas un hasard si la France n’a concédé qu’un but depuis le début de l’épreuve canadienne. Loin d’être décisive, cette unique faute de concentration est intervenue dans le temps additionnel du match contre le Costa Rica, alors que les Bleuettes menaient déjà 5:0. «C’est une statistique très flatteuse. J’espère que nous allons continuer comme ça et que nous ferons preuve de la même efficacité contre l’Allemagne», poursuit Griedge, déjà tournée vers la demi-finale.«Ce match s’annonce très équilibré, l’équipe qui défendra le mieux ira en finale».

Si les deux équipes se révélaient intraitables en défense, la place en finale se jouerait dans une nouvelle séance de tirs au but. En quart de finale, la défenseuse avait réussi sa tentative avec sûreté, et elle s’était déjà illustrée dans cet exercice lors des quarts de finale et de la finale de la Coupe du Monde Féminine U-17. «Je sais ce qui compte dans ces moments-là. Il faut rester concentrée, choisir un côté et y aller franchement», explique-t-elle.

Quasiment certaine d’être alignée au coup d’envoi, Griedge sera sans doute encore sur le terrain sur le terrain au coup de sifflet final. On ne la sort pas de l’équipe aussi facilement, et encore moins d’un tournoi qu’elle est bien décidée à gagner.

Griedge Mbock, capitaine de l’équipe de France féminine de football


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé