› International

Guinée Conakry: Moussa Dadis Camara, le nouveau président

Le nouveau président autoproclamé reste encore inconnu des populations.

Et voici donc le nouvel homme fort de la Guinée Conakry. Moussa Dadis Camara s’est autoproclamé président de la République de Guinée au nom du Comité national pour la démocratie et le développement (CNDD, junte), mardi dernier. En remplacement de Lansana Conté, décédé après 24 ans de règne à la tête de la Guinée Conakry. Au cours de la toute première conférence de presse tenue en tant que président de la république, celui-ci s’est auto glorifié. Il n’a pas manqué de montrer le rôle joué dans les conflits qui ont touché son pays.

Dans un français jugé approximatif par les journalistes, le président de la junte vante ses mérites. « Je vous le dis, je ne suis pas parvenu au pouvoir par hasard, c’est par rapport à beaucoup de qualités, je suis un patriote (…) Il y a eu trois événements successifs qui se sont passés, et c’est bien moi, le capitaine Dadis, qui ai calmé ces événements ». Sans toutefois être très précis, il a évoqué « des moments de vacance du pouvoir », ainsi que « la première grève » des soldats. Le capitaine n’a pas manqué d4encenser ses propres qualités de « générosité », de désintéressement vis-à-vis « du matériel et de l’argent ».

Moussa Dadis Camara, autoproclamé président de la République de Guinée
Lepoint.fr)/n

Le nouveau commandant des armées Guinéennes est connu comme le meneur de la révolte des soldats au printemps 2007, qui réclamaient le paiement d’arriérés de soldes et une augmentation de leur traitement. Les violences avaient fait au moins huit morts.
Il a également participé de manière active aux mutineries de mai. Des soldats mécontents réclamèrent, avec succès, le paiement de primes promises et la libération de militaires détenus. Des affrontements entre policiers et militaires avaient alors fait une dizaine de morts.
Réputé « très ambitieux » Moussa Dadis dit ne pas être un assoiffé du pouvoir. C’est un homme toujours entouré. Au camp Alfa Yaya Diallo, Quartier Général de la junte, il apparaît toujours avec des hommes de la troupe, vêtus comme lui d’une tenue de camouflage. C’est d’ailleurs sous cette tenue qu’il est apparu ces derniers temps sur les écrans des chaînes de télévisions nationales et étrangères, coiffé d’un béret rouge.

Né d’un père paysan, le nouveau chef d’Etat qui porte le prénom de ce dernier est originaire de Kouré, village situé dans la région de N’Zérékoré (1.000 km au sud-est de Conakry.
Dans son parcours scolaire, il n’est pas réputé être un brillant élève. C’est en 1990, qu’il fait son entrée dans les forces armées, six ans après le coup d’Etat ayant porté au pouvoir Lansana Conté.
Par la suite, il va faire carrière à l’intendance comme « chef de section carburant » d’abord, puis comme directeur général des hydrocarbures de l’armée, gérant alors des milliards de francs guinéens. A en croire le commandant Facinet Camara, qui dit avoir été son instructeur, il est issu depuis peu de « la dernière promotion du cours d’état-major » en Guinée et a « fait des stages à l’étranger, notamment en Allemagne ».

A l’heure actuelle, il reçoit déjà les éloges d’un président de la république. Jeudi, il a convoqué les membres de son gouvernement ainsi que le Premier ministre Ahmed Tidiane Souaré au camp militaire. Et dès son arrivée, tous l’ont appelé « Monsieur le président ».


Jacques Leclerc)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut