› International

Guinée Conakry: Report du second tour de la présidentielle

Cette décision repousse de fait la perspective d’assister à une remise très attendue du pouvoir des militaires aux civils

Au moins un mois à attendre selon la loi électorale guinéenne
Le second tour de l’élection présidentielle en Guinée, initialement prévu le 18 juillet 2010, a été reporté à une date indéterminée. La décision a été annoncée le 9 juillet 2010 dernier. La date du 18 juillet initialement prévue pour le second tour de cette élection présidentielle n’était facilement respectable et cela pour plusieurs raison. C’est finalement le 02 juillet au lieu du 27 juin que les résultats du premier tour sont sortis. Selon la loi électorale de Guinée Conakry, la Cour suprême après la proclamation des résultats du premier tour a huit jours francs pour recevoir les recours des partis politiques engagés dans la course pour la magistrature suprême. Ensuite, la Cour suprême a trois jours pour statuer. Cette exigence nous emmène de fait à la date du 21 juillet prochain. La date du prochain scrutin n’est pas connue. Mais une fois encore selon une analyse combinée de la loi électorale et d’autres facteurs, on peut se risquer à dire les élections n’auront pas lieu avant au moins un mois. La loi électorale prévoit que le second tour de l’élection présidentielle doit avoir lieu 14 jours après la proclamation des résultats définitifs du premier tour. C’est au vu de ces résultats que la CENI (Commission électorale nationale indépendante) va saisir le président de la transition pour que ce dernier prenne un décret de convocation des électeurs. Les deux candidats, eux, auront droit à douze jours de campagne électorale. Une campagne qui doit cesser la veille du scrutin à minuit, d’où le délai nécessaire de 14 jours. A partir du 21 juillet, cela fera 26 jours supplémentaires.

Tensions et dénonciations après le 1er tour
Les élections devraient avoir lieu vers la mi-août. Mais même là ce n’est pas gagné. Les fortes pluies devraient compliquer, en raison du mauvais état des infrastructures routières, les déplacements lors de la campagne et le jour du scrutin ainsi que l’acheminement des résultats. Le 27 juin, plus de 3 millions de Guinéens avaient participé au premier tour de ce scrutin historique, considéré comme la toute première élection présidentielle libre depuis l’indépendance du pays en 1958, après une alternance de dictatures, civile puis militaires. Le second tour devrait opposer l’ex-Premier ministre Cellou Dalein Diallo et l’opposant de toujours Alpha Condé si la Cour suprême confirme les résultats provisoires publiés le 3 juillet. Ces résultats sont cependant contestés, notamment par des partisans de l’ex-Premier ministre Sidya Touré, arrivé en troisième position. M. Touré a affirmé qu’il y avait eu « bourrage d’urnes » et a accusé la Commission électorale d’avoir fait en sorte qu’Alpha Condé obtienne la seconde place, en complicité avec le général Konaté qui préside la transition vers un régime civil. Mardi, le général avait menacé de démissionner, se disant très « peiné » par des propos « offensants » de manifestants l’associant à des fraudes. Il a reçu les visites à Conakry du président de la Commission de l’Union africaine (UA) Jean Ping, et du président malien Amadou Toumani Touré, qui ont certainement trouvé des mots justes pour le convaincre de rester jusqu’à la fin de la transition. Le président américain Barack Obama a appelé toutes les parties en présence à continuer à privilégier les règles du droit et de la participation politique pacifique plutôt que les divisions et les violences ethniques.

Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo en lice au second tour
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut