› International

Guinée: Le second tour est certain, mais va coûter plusieurs milliards de francs CFA

Pour la date du 24 octobre 2010, un comité de suivi et d’évaluation a été mis sur pied

Le second tour de l’élection présidentielle en Guinée fixé le 24 octobre va coûter 91 milliards de francs guinéens soit environ 13,2 millions de dollars, selon une estimation de la Commission électorale nationale indépendante ( CENI). La précision a été donnée par le directeur des opérations de la CENI, Pathé Dieng, concernant les préparatifs du scrutin, lors d’une rencontre avec la presse. Selon lui, le nouveau découpage électoral a donné 9.792 bureaux de vote réparti sur le territoire national guinéen et 400 à l’extérieur du pays. Pathé Dieng a assuré que le kit électoral composé du matériel sensible (bulletin de vote, procès-verbaux, encre) et du matériel lourd (urnes, isoloirs) est déjà disponible. Je dis d’emblée que ce matériel existe, est suffisant et il a été déployé de Conakry vers les préfectures et des préfectures vers les sous-préfectures du pays, a-t-il rassuré.

Concernant la collaboration de la CENI avec les autres partenaires impliqués dans le processus électoral, y compris évidemment les deux candidats, le directeur des opérations de la CENI M. Dieng indique que la synergie d’action ne fait pas défaut. Nous avons cherché à impliquer les deux candidats à chaque articulation du processus, notamment au niveau de la Cellule technique d’action et de suivi du processus électoral là toutes les recommandations se font, même s’ils n’ont pas un rôle décisionnel, a-t-il expliqué ajoutant qu’il s’agit d’un « moyen de transparence » pour faire accepter les résultats par toutes les parties. Dans un scrutin électoral, il y a le volet technique et opérationnel mais il y a surtout la volonté politique des différents acteurs engagés d’aller aux élections, pense t-il dit au sujet de la possibilité de tenir effectivement le scrutin le 24 octobre.

Après le premier tour le 27 juin dernier, des divergences politiques entre les deux camps en lice et des soupçons de fraude et de partialité mais également des problèmes organisationnels au niveau de la CENI ont retardé la tenue du second tour qui oppose Celou Dalein Diallo, arrivé en tête avec 43,69% des voix, et Alpha Condé accrédité de 18,25% des voix. Le comité de suivi et d’évaluation annoncé par le président de la transition dans son discours à la Nation à la veille de la fête de l’indépendance a finalement été créé. Selon le décret du général Sékouba Konaté qui annonce la nouvelle, ce comité a pour mission de suivre, évaluer et s’assurer de l’effectivité des tâches accomplies et de celles à accomplir, conformément aux 24 recommandations du comité ad hoc institutionnel.

Il est présidé par un représentant du médiateur dans la crise guinéenne, Blaise Compaoré. Il est composé d’un représentant de la présidence de la République en qualité d’observateur, d’un représentant du gouvernement, deux représentants du CNT, un représentant du conseil économique et social, un représentant des forces de défense et de sécurité, un représentant du Groupe de contact international sur la Guinée, deux représentants des confessions religieuses et un représentant de chacun des deux candidats retenus pour le 2ème tour de l’élection présidentielle.

Le matériel électoral est prêt
Lepoint.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut