› International

Guinée: L’état d’urgence décrété !

Le chef de la transition, le général Sékouba Konaté, a décrété l’état d’urgence jusqu’à la publication par la Cour Suprême des résultats définitifs de la présidentielle.

Maintenir la sécurité sur tout le territoire
Le décret ne précise pas l’étendue de la mesure, mais la première nuit de couvre-feu décrété mardi, à Labé (Moyenne Guinée), a commencé de 17 heures GMT à 6 heures du matin. Le chef d’état-major général des Armées, le général Nouhoum Thiam, a indiqué à la télévision d’Etat que depuis la publication, lundi soir, des résultats provisoires de la présidentielle annonçant l’élection du Pr Alpha Condé avec 52,52% des voix, devant Cellou Dalein Diallo (47, 48% des voix), ‘des individus mal intentionnés s’attaquent délibérément aux forces de l’ordre en plusieurs endroits du pays’. Les magasins et les bureaux sont restés fermés dans la capitale, Conakry, où les militants de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Dalein Diallo qui récuse depuis plusieurs jours la victoire de son challenger pour ‘fraudes’ s’en prennent, avec gourdins et armes blanches aux forces de l’ordre dans les quartiers de la Commune de Ratoma, fief de l’ancien Premier ministre. Selon plusieurs témoins, notamment des taximen et autres habitants, les sympathisants de l’UFDG, en majorité des Peuls, s’en prennent aux Malinkés, l’ethnie du Pr Alpha Condé qui, depuis lundi soir, appelle au calme et à la retenue, assurant tendre ‘une main fraternelle’ à Cellou pour relever ensemble les nombreux défis. ‘Souvent, ces manifestants arrêtent les taxis sur les tronçons de Ratoma, fief de Cellou Dalein, pour vérifier l’identité des passagers en vue de s’en prendre aux Malinkés’, a confié un témoin.

Fragile retour au calme
Des habitants de Labé (ville natale de Cellou Dalein), notamment des Malinkés, ont indiqué que le couvre-feu a permis de ramener ‘un calme précaire’ dans la ville où les fidèles musulmans n’ont pu se rendre mardi, dans les mosquées pour prier à l’occasion de la fête de la tabaski à cause de la violence perpétrée par des Peuls armés de gourdins et de coupe-coupe, menaçant de mort des personnes proches du leader du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), le Pr Alpha Condé. « Ils ont incendié des maisons qui avaient été pillées d’abord », avant l’arrivée des militaires qui continuent de sillonner en ville pour débusquer les poches de violence, ont déploré des membres de la communauté malinké à Labé. Les mêmes représailles ont fait tâche d’huile à Pita, Dalaba et Koubia (Moyenne Guinée) où l’ancien Premier ministre a fait le plein de voix, mais a été battu à plate couture dans les régions de la Savane (Haute Guinée), de la Guinée Forestière (Sud), bastions de son adversaire, ainsi qu’en Basse Côte ou Guinée Maritime où Cellou Dalein avait gagné largement au premier tour, en juin dernier. Le candidat Cellou Dalein Diallo a indiqué mardi soir, à l’issue d’une audience avec le président Konaté, qu’il avait dénoncé ‘la répression sauvage et barbare’ des forces de l’ordre à l’encontre de ses militants et assuré avoir obtenu des assurances pour ‘un traitement humain’ en faveur des manifestants. Il a exigé la libération des responsables de son parti arrêtés à Dalaba. Pour sa part, le Premier ministre, Jean Marie Doré, a exhorté les forces de l’ordre à mettre hors d’état de nuire ‘tous les loubards’ qui s’attaquent aveuglément aux paisibles citoyens qu’ils menacent souvent de mort depuis bien avant la publication des résultats provisoires, contestés par le candidat Cellou Dalein. La publication définitive des résultats devrait intervenir dans environ une semaine.

L’arme guinéenne a été déployée dans tout le pays
Lepoint.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut