Politique › Institutionnel

Hollande avait demandé de manière très ferme à Paul Biya de libérer Mme Yen Eyoum (avocat)

D’après Me Christian Charrière-Bournazel, l’un des conseils de Lydienne Eyoum, la grâce présidentielle accordée le 04 juillet 2016 est le fruit de tractations politiques

Lydienne Yen Eyoum, avocate francocamerounaise condamnée en septembre 2014 à 25 ans d’emprisonnement, a bénéficié d’une grâce présidentielle portant « remise totale de la peine restant à purger », hier en soirée. L’avocate, qui avait déjà épuisé tous ses recours judiciaires, a bénéficié de pressions politiques au sommet comme l’a affirmé l’un de ses conseils, Me Christian Charrière-Bournazel, sur les ondes de Radio France Internationale (RFI) ce mardi, 05 juillet, en matinée.

«Lydienne Yen Eyoum nous a appelé au téléphone, avec une voix extraordinairement joyeuse qui contraste avec le malheur qu’elle vit depuis six ans. Le régisseur venait de lui dire: « venez prendre vos affaires, pour sortir ».

Donc ce que l’on attend depuis des mois et des mois, ce pour quoi nous avons récemment encore été reçus à l’Elysée par Mme Le Gal, la conseillère du président, vient de se réaliser d’une manière tout à fait extraordinaire car on ne savait plus si on devait attendre six mois, un an, deux ans,

Mais nous savions une chose, c’est que le président Hollande avait de manière très ferme demandé à plusieurs reprises à M. Paul Biya de libérer Mme Yen Eyoum. Or, tout ça se passe à un moment où on se demandait si quelque chose allait sortir de ces contacts, de ces relations. Et d’un seul coup, elle est libre. Nous sommes évidemment profondément heureux pour elle, son mari que nous avons eu au téléphone est lui-même tout à fait heureux», a déclaré Me Christian Charrière-Bournazel, ancien Bâtonnier de Paris (2008-2009) et aussi ancien président du Conseil national des barreaux français (2012-2013).

Me Christian Charrière-Bournazel
Droits réservés)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé