Personnalités › Success Story

Honorable Saidou Sarki-Fada, de l’enseignement à la politique

Etre un enseignant ambitieux au Cameroun, c’est possible. Et ce n’est pas l’honorable Saïdou SARKI-FADA qui le démentira. Lui qui a su effectuer une transition très réussie entre l’enseignement et la politique. Né il y a 55 ans à Mayako de SARKI-FADA et de HADJI dans la Région de l’Adamaoua, l’honorable Saïdou SRKI-FADA est enseignant de profession et ancien député à l’assemblée nationale. Un véritable exemple de réussite sociale pour la jeunesse de l’ethnie pérè en particulier et pour l’ensemble de la population de Faro et Déo qui l’ont vu grandir.

Il commence ses études primaires à l’école publique de Gadjiwan en 1960 jusqu’en classe de CE2 en 1966 avant de se rendre par la suite à l’école publique de Tignère où il obtient le CEPE en 1969 alors qu’il est âgé de 15 ans. Après une année de passage à vide, il va finalement intégrer l’ENIA de Ngaoundéré en 1971 où il en ressort deux ans après nanti de son CAPIA. Un diplôme qui augurait pour ainsi dire une brillante carrière d’enseignant qui débute véritablement en 1973 avec comme premier poste d’affectation, l’Ecole publique de Poli dans le département du Faro dans la Région du Nord Cameroun. Trois ans plus tard, il est promu Directeur de l’Ecole publique de Gamboukou dans le département de la Vina à Ngaoundéré. Un poste qu’il occupera jusqu’en 1979, date de sa mutation à un poste similaire à l’Ecole publique de Gadjiwan dans le département du Faro et Déo toujours dans la Région de l’Adamaoua. En 1995, il est promu intendant au Lycée de Tignère après son reclassement comme Instituteur de l’enseignement général (IEG) dans la catégorie B1. En l’an 2001, il revient à l’Ecole publique de Gadjiwan comme directeur et depuis 2007, il est chef des sous-centres du CEP d’ALME et de Mayo-Baléo.

Honorable Saidou Sarki-Fada

Journalducameroun.com)/n

Sur le plan politique, l’honorable Saïdou SARKI-FADA commence son aventure en 1982 comme commissaire à la jeunesse à la section UNC de Tignère, puis Secrétaire Général de la sous-section UNC de Mayo-Baléo en 1983. En 1986, il est élu président de la sous-section RDPC de Mayo-Baléo concomitamment avec ses fonctions de député à l’Assemblée nationale du Cameroun de 1988 à 1992 au terme des premières joutes électorales à candidatures multiples au sein du RDPC, un mandat qu’il décroche après avoir battu celui là qui, jusqu’à ce jour garde tous les records de longévité à ce poste dans le Faro et Déo. Toujours en 1992, il est nommé deuxième adjoint au Maire de Tignère et en 1996, il est élu président de la sous-section RDPC de Gadjiwan et en 2007, il est reconduit comme président de la commission de renouvellement des organes de base du RDPC dans le Faro et Déo 3 à Galim Tignère, outre ses fonctions de président de la commission communale des campagnes électorales du RDPC depuis 1997 à Mayo Baléo. Un parcours politique fort élogieux qui démontre à suffisance de l’influence et de la carrure de l’honorable Saïdou SARKI-FADA qui est aujourd’hui le président de la section RDPC du Faro et Déo 2.

En tant que militant convaincu de l’UNC devenu RDPC, il a pris part à la quasi-totalité des congrès ordinaires et extraordinaires de sa formation politique au rang desquels figure en bonne place le congrès du renouveau tenu à Bamenda du 21 au 24 mars 1985. C’est peut-être au regard de tout ce parcours politique qu’il a refusé en 1992 les propositions très alléchantes de l’UNDP lui demandait de changer de parti et de devenir son candidat à la députation. Marié et père de 11 enfants, l’honorable Saïdou SARKI-FADA est chevalier du mérite camerounais depuis l’an 2000.

Honorable Saidou Sarki-Fada (au milieu)

Journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut