Eco et Business › BTP

Cameroun : l’inexplicable arrêt des travaux de construction de la pénétrante Est de Douala

La construction de la pénétrante Est de Douala à l'arrêt

Il y a un an, la construction de cette route avait bénéficié d’un financement de 88,8 milliards de F cfa. Mais, jusqu’ici, les travaux d’agrandissement de cette route piétinent.

Depuis des mois, les travaux de construction de la pénétrante Est de Douala, qui aurait dû être livrés avant la Can, sont à l’arrêt. Une situation qui préoccupe les usagers de cette route. Mais qu’est-ce qui est à l’origine de cet arrêt ?

L’on se souvient qu’il y a un an, le président de la République Paul Biya, avait habilité le ministre de l’Économie, Alamine Ousmane Mey, à signer pour le compte du Cameroun, une convention de crédit d’un montant de 88,8 milliards de F CFA, avec Standard Chartered Bank Londres et UK Export Finance (Ukef).

Ce financement, précisait le décret présidentiel rendu public à cet effet, devait servir à la réalisation de la phase 2 du projet de réhabilitation de la pénétrante Est de la ville de Douala. Les travaux consistent en la poursuite de l’élargissement de la chaussée à l’entrée de la capitale économique camerounaise, avec pour conséquence la fluidification de la circulation pour les passagers partant de Yaoundé, la capitale, ou d’Edéa et Kribi.

En plus de permettre également la desserte du tout nouveau stade de Japoma, la pénétrante Est de Douala est un chaînon des corridors Douala-Ndjamena et Douala-Bangui, sur lesquels transitent, par exemple, 55 milliards de F CFA de marchandises tchadiennes chaque année, selon la douane camerounaise.

Un mécanicien automobile, installé au bord de cette route, raconte : « c’est depuis plus de 3 ans qu’on a creusé et qu’on a abandonné. Ça nous bloque les activités. Rien ne marche plus en route. Il n’y a plus moyen qu’une voiture puisse passer pour que nous puissions travailler. En tant que mécanicien, ça bloqué mes activités. Depuis, nous sommes au chômage technique et à la maison on ne s’en sort plus avec la famille ».  

Il ajoute : « nous venons ici simplement pour inhaler la poussière qui est devenu notre quotidien ici conjugué aux embouteillages et autres accidents. Les routes ne sont pas délimitées et ça crée les accidents. Pis, ça fait un gros manque à gagner surtout à partir de Yassa ».

Les 9% des travaux réalisés sur la route Est dans sa phase 2 avaient pourtant donné à espérer aux populations. Celles-ci allaient pourtant vite après les terrassements, les déplacements des poteaux électriques et la construction des gallots. Mais après, les engins de l’entreprise adjudicataire vont disparaître de la circulation.

Au départ, les travaux avaient été confiés à l’entreprise chinoise WIETC/CRCC14 il y a trois ans. Mais l’accusant de lenteurs, le ministère des Travaux publics (Mintp) avait résilié le contrat avec cette entreprise, le 21 octobre 2019, pour confier le chantier au canadien de Magil, qui a achevé la construction de stade d’Olembé.

Le contrat commercial a été signé le 3 décembre 2019 entre le Mintp et Magil. La livraison des travaux a été fixée au 30 novembre 2020. Mais faute d’argent, les travaux ont depuis été suspendus. On ignore pour l’instant si la mobilisation des fonds souhaitée par le chef de l’Etat camerounais a été effectuée.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé