› Eco et Business

Huile Jadida: La position ambiguë de l’ANOR

Le DG de l’Anor, en tournée de sensibilisation dans la région du Littoral a indiqué jeudi que l’huile dont elle demande la cessation de la publicité est «propre à la consommation»

La dernière sortie médiatique de l’Agence des normes et de la qualité au Cameroun (Anor) ne va visiblement pas permettre d’avancer dans ce qui peut être qualifié d’«affaire Jadida».

Le directeur général de l’Anor, Charles Booto à Ngon, en tournée de sensibilisation des parties prenantes à la normalisation dans le Littoral jeudi, 19 février, a indiqué que l’huile Jadida est une huile propre à la consommation. «Au vu des résultats de laboratoire que nous avons à notre disposition, nous pouvons dire que l’huile Jadida est propre à la consommation», a-t-il indiqué à la presse, propos rapportés par le quotidien privé Emergence ce vendredi.

L’Anor avait pourtant cédé à des exigences de l’Association des raffineurs des oléagineux au Cameroun (Asroc), en exigeant, le 05 février dernier, à la société Coppeq Sarl de cesser toute publicité sur l’huile Jadida du fait des risques pouvant découler de la «mauvaise interprétation» de cette dernière par les consommateurs. L’Anor menaçait par ailleurs de retirer à l’importateur son certificat de conformité en cas de non observation de cette prescription.

Selon les faits relevés par l’Asroc, l’huile de soja est une huile destinée à l’assaisonnement, et qui ne peut être utilisée pour la friture et la cuisson contrairement à ce qui est indiqué sur Jadida. Par ailleurs, l’analyse de laboratoire qui a permis à l’Anor de donner la certification, n’aurait pas respecté, selon l’Asroc, les normes prescrites en donnant notamment des indications sur l’enrichissement en vitamine A et la teneur en acides gras qui ne doit pas excéder 0,2g/l.

«Il s’agit à l’observation d’une guerre commerciale», a indiqué hier le DG de l’Anor. «Les raffineurs locaux ont porté un doute sur la qualité de l’huile Jadida (.) C’est de leur droit, mais ils doivent aller au-delà en le prouvant», a-t-il ajouté.

La société Coppeq Sarl a crié au «complot» en début de semaine en revendiquant «la bonne qualité» de l’huile Jadida et sa commercialisation dans d’autres pays: «Sénégal, Angola, Tunisie, France, USA, Maroc, etc.»

L’huile de marque Jadida, à base de soja, est fabriquée par la société tunisienne Medoil et commercialisée au Cameroun par la société Coppeq Sarl.

Pour le Comité de régulation de la filière des oléagineux, proche de l’Asroc, les huiles végétales importés au Cameroun doivent respecter la norme NC 77 2002-003 révisée en 2011 obligatoire sur les huiles raffinées portant un nom spécifique enrichies à la vitamine A ; et respecter un «prix de référence» décidé en 2009, fixant la vente du litre d’huile végétale raffinée à 1500 F CFA. Ce qui n’est pas le cas actuellement, les huiles se vendant en deçà, au bénéfice du consommateur et au détriment des industriels locaux.

Charles Booto à Ngon, Directeur général de l’Anor
culturebene.com)/n

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé