Société › Kiosque

Human Right Watch demande l’ouverture d’une enquête suite à la mort d’un journaliste au Cameroun

Éric Ohena Lembembe qui est présenté aujourd’hui comme engagé en faveur de la cause homosexuelle a été retrouvé mort chez lui le 15 juillet visiblement assassiné

L’Organisation internationale Human Right Watch qui milite en faveur des droits de l’Homme dans le monde a invité le gouvernement du Cameroun à ouvrir une »enquête sérieuse », suite au décès d’Eric Ohena Lembembe, présenté comme étant un journaliste qui était engagé pour la cause des homosexuels dans son pays. Selon des informations réunies par l’organisation, des amis d’Éric Lembembe ont découvert son corps sans vie lundi dans la soirée, après avoir tenté sans succès de le joindre au téléphone pendant deux jours et avoir décidé de se rendre à son domicile. Ils ont trouvé la porte d’entrée fermée de l’extérieur au cadenas. Par la fenêtre, ils ont vu son corps étendu sur son lit. Ils ont alors alerté la police, qui a forcé la porte d’entrée. Selon un témoignage qu’on attribue à un de ses amis, Éric Lembembe avait apparemment le cou et les pieds brisés et son visage, ses mains et ses pieds avaient été brûlés avec un fer à repasser. Éric Lembembe était l’un des militants pour les droits des LGBTI les plus en vue du Cameroun. Au nom de CAMFAIDS, il avait collaboré étroitement avec Human Rights Watch et deux autres organisations camerounaises, Alternatives-Cameroun et l’Association de défense des homosexuel-le-s (ADEFHO), dans la préparation et la diffusion en mars 2013 d’un rapport sur les poursuites judiciaires engagées dans son pays contre les personnes ayant des relations sexuelles consensuelles avec des personnes du même sexe.

Aussi discret qu’il soit, la mort de ce jeune journaliste a suscité de l’émotion jusqu’au sein de l’Administration Obama. Celle-ci a réagi à travers le porte-parole du département d’Etat aux Affaires Etrangères, Jen Psaki qui a conclu rapidement à un meurtre. « Nous déplorons l’assassinat barbare d’Eric Ohena Lembembe dont le corps présentant des traces de torture a été retrouvé à son domicile à Yaoundé. Nous condamnons fermement cet acte horrible et exhortons les autorités camerounaises à diligenter sans délais une enquête approfondie afin de poursuivre les responsables de ce meurtre » a déclaré le responsable américain dans un communiqué. Le responsable américain justifie aussi la position de son administration. « Les Etats-Unis soutiennent activement le respect des droits humains pour tout le monde, y compris les LGBT, au Cameroun et partout dans le monde. Nous allons continuer de soutenir les activistes, comme M. Lembembe, qui luttent pour faire respecter les droits et les libertés de tous », a-t-il expliqué. Au Cameroun la mort de ce journaliste engagé emeut peu de personnes qui soit ne le connaissaient pas, soit n’estimaient pas que son crédo était soutenable. Au Cameroun, l’Homosexualité, ses adeptes et ses défenseurs sont fortement critiqués par la société, la religion et la loi. Au plus haut niveau de l’Etat on se montre très ambiguë avec la question. Le ministère des affaires étrangères avait sévèrement critiqué la décision prise par la délégation de l’Union Européenne de soutenir l’association à laquelle appartenait Eric Lembembe. Le président de la république Paul Biya lui s’est toujours montré peu clair sur le sujet. « Cette chose-là était déjà pénalisée avant mon arrivée au pouvoir et l’est encore aujourd’hui. Il semble que les esprits sont en train d’évoluer et nous observons » a-t-il dit alors qu’il répondait à des journalistes lors de sa récente visite officielle en France.

Éric Ohena Lembembe, de son vivant
huffingtonpost.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut