› International

IBK…dans la peau d’un président pas ordinaire…

Les consultations ont déjà commencé pour le futur locataire de Koulouba, qui murmure t-on, pourrait bien extirper son Premier Ministre de l’extérieur…

Il faut dire qu’Ibrahim Boubacar, notre nouveau président, a du pain sur la planche. A l’heure où il consulte pour former son gouvernement et reçoit également de nombreux diplomates à son domicile de Sébénicoro, les supputations enflent quant à la nomination du PM, la deuxième personnalité du pouvoir. Soumeylou Boubèye Maiga? Ancien ministre et chef des services de renseignements, fin connaisseur du champ politique malien. « Non, ils se connaissent depuis trop longtemps et même s’il l’a rallié, rien n’est certain », confie un proche d’IBK. Tiéman Hubert Coulibaly ? L’actuel ministre des Affaires étrangères, leader de l’UDD, ancien du FDR et qui a haut et fort affiché son soutien pour IBK, à la veille des élections :  » Il est compétent, fringant, bon orateur », de là avoir une carrure de PM, dans le contexte difficile que nous vivons, je ne suis pas certain qu’il soit nommé », précise cet éditorialiste, proche du gouvernement de transition. Du reste, il se murmure, qu’IBK contre toute attente, et elles sont immenses devant sa résidence, pourrait nommer une personnalité de l’extérieur comme Premier Ministre, ce qui ferait grincer les vieux cadres du RPM, lâche une source. Après, la République bananière de Kati et la République hôtelière du Salam, place à la Cour royale de Sébénicoro…

« Voilà un premier caillou dans la chaussure du président », juge ce consultant et observateur politique. « IBK va forcément décevoir beaucoup de politiques qui l’ont rallié et attendent leur part du gâteau ». Autre solution, affirment certains , « Le président, malin comme le lièvre, va nommer un gouvernement consensuel et dans trois mois, les dribbler et les faire sauter pour placer ses vrais gars ! » Propos de grin! Une hypothèse qui fait enrager les détracteurs de l’ère ATT: « On ne veut plus du consensus de l’ancien régime. Si IBK tombe dans cette logique, alors, pourquoi l’a t-on élu », s’indigne Mariam Kamissoko, étudiante. Côté RPM, rien ne filtre des consultations, mais le vieux briscard politique qu’est IBK a plus d’un tour dans son sac et pourrait surprendre… ou bien décevoir tous ceux qui attendent de lui « le vrai changement » ! Du reste, le président doit étirer ses oreilles à droite comme à gauche pour écouter les doléances et conseils de son staff. Il faudra attendre la nomination du gouvernement et avant cela l’investiture, où c’est sûr, toute la République défilera, aux couleurs du grand Maliba. D’ici là, prenons notre mal en patience…

IBK…dans la peau d’un président pas ordinaire…
www.la-croix.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut