Opinions › Tribune

Il faut sanctionner Eneo Cameroun pour les délestages

Par le RĂ©seau associatif des consommateurs de l’Ă©nergie (RACE)

Il faut sanctionner Eneo Cameroun pour les délestages
Depuis plusieurs semaines, le quotidien des consommateurs est Ă  nouveau rythmĂ© par les interruptions intempestives d’Ă©lectricitĂ©. Aucune ville du Cameroun n’est Ă©pargnĂ©e par les dĂ©lestages qui nous rappellent les pires moments de la crise Ă©nergĂ©tique de la pĂ©riode allant de fĂ©vrier Ă  juin 2015. Ces coupures, de plus en plus prolongĂ©es, durent souvent plusieurs semaines Ă  l’exemple de la situation que vient de vivre la ville Santchou qui vient de passer toutes les fĂŞtes de fin d’annĂ©e jusqu’au 06 janvier 2016 dans le noir. En plus de l’insĂ©curitĂ© et l’inconfort des usagers domestiques ; ces dĂ©sagrĂ©ments affectent terriblement l’Ă©conomie nationale.

La situation que le pays a vĂ©cue le 31 dĂ©cembre 2015 au soir oĂą les 4/5 du pays Ă©taient plongĂ©s dans l’obscuritĂ© totale est un aveu d’Ă©chec d’Eneo Cameroun et de ses dirigeants.

Face à cette situation deux questions se dégagent :
1-Eneo a-t-il boycottĂ© le discours bilan du chef de l’Etat ?

2-Eneo Cameroun a-t-il les capacitĂ©s techniques d’assurer la qualitĂ© de service que prĂ©voient les dispositifs du règlement de service dans son article 3 ?

Si la cause facilement identifiable des dĂ©lestages reste la faiblesse de l’offre de l’Ă©nergie par rapport Ă  la demande nationale, leur persistance est davantage la rĂ©sultante Ă  la fois de l’incompĂ©tence managĂ©riale des administrateurs et de la direction gĂ©nĂ©rale d’Eneo ; mais Ă©galement du laxisme de l’administration en charge du secteur de l’Ă©lectricitĂ© (Minee et Arsel) Ă  l’Ă©gard de cette entreprise. En rĂ©alitĂ©, les dĂ©lestages constituent une violation flagrante du contrat de concession, du règlement de service de distribution publique d’Ă©lectricitĂ© et de la loi en vigueur y relative.

Nous rappelons que, bien qu’imparfaite, la loi rĂ©gissant le secteur de l’Ă©lectricitĂ©, notamment l’article 3 prĂ©cise que : « le service public de l’Ă©lectricitĂ© a pour objet de garantir l’approvisionnement en Ă©lectricitĂ© sur l’ensemble du territoire. Il concourt Ă  la cohĂ©sion sociale et Ă  la lutte contre l’exclusion. Il est gĂ©rĂ© dans le respect de l’Ă©galitĂ© de traitement des usagers, de continuitĂ©, d’adaptabilitĂ© et dans les meilleurs conditions de sĂ©curitĂ©, de qualitĂ©, de cout, de prix et d’efficacitĂ© Ă©conomique, sociale et Ă©nergĂ©tique ».

Le chef de l’Etat ne doit pas seulement se limiter Ă  demander qu’on auditionne les diffĂ©rents responsables de cette entreprise pour l’incident relatif au discours Ă  la nation du 31 dĂ©cembre. Nos autoritĂ©s devraient avoir l’audace de s’inspirer du cas du SĂ©nĂ©gal oĂą M. Macky Sall a fait licencier le directeur de la Senelec pour deux jours de dĂ©lestage dans une ville sĂ©nĂ©galaise. Ce qui ne serait pas excessif quand on sait que nos villes et villages passent des semaines voire des mois sans Ă©lectricitĂ©.


Eneo suspend systĂ©matiquement la fourniture d’Ă©lectricitĂ© Ă  tous consommateurs qui ne paie pas sa facture Ă  la date limite de paiement. Face Ă  la recrudescence des dĂ©lestages et par souci d’Ă©quitĂ©, le RACE exige qu’Eneo soit systĂ©matiquement sanctionnĂ© autant pour ses manquements.

Nous sommes persuadĂ©s que l’application d’un parallĂ©lisme de forme sur ce point essentiel va limiter la spirale des dĂ©lestages Ă  laquelle font face l’immense majoritĂ© des consommateurs d’Ă©lectricitĂ©. Il faut que les dĂ©lestages soient dĂ©sormais punis et que les compensations soient directement ou indirectement versĂ©es aux consommateurs.

Les pseudos explications qu’essaie de donner M. Atangana Kouna par rapport Ă  cet incident le place en droite ligne comme le premier agent du fond britannique ACTIS contrairement Ă  sa fonction de ministre de tutelle.

Le RACE demande au chef d’Etat de prendre des mesures fortes par rapport aux forfaitures que les consommateurs subissent tous les jours.

L’accès Ă  l’Ă©nergie est un droit essentiel et inaliĂ©nable !

Fait Ă  Douala le 14 janvier 2016.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut