Société › Faits divers

Incendie de l’immeuble shell: Incertitudes sur les origines du feu

Les occupants se plaignent de manque d’eau, d’électricité et de l’insécurité

Il ya une semaine, un incendie s’est déclenché au cinquième étage du bâtiment de l’immeuble Shell, en plein centre des affaires de Yaoundé. Il y a eu plus de peur que de mal. Aucune victime humaine n’a été signalée. Les bureaux du journal Le Démenti de Georges Gilbert Baonla ont été totalement consumés. On ignore toujours la cause et l’origine de l’incident. Les agents d’AES Sonel approchés ont démenti l’hypothèse d’un problème d’installation électrique. Pourtant les occupants affirment avec conviction que les causes seraient liées à un court-circuit. Interviewé sur l’incident, les journalistes du journal dont les locaux ont pris feu, n’écartent pas la thèse du sabotage. Ces derniers temps la ligne éditoriales du journal le Démenti a parfois été très dur à l’encontre de certaines personnes. Les occupants de l’immeuble tirent néanmoins une sonnette d’alarme. De fait l’immeuble est peu entretenu et ne remplit pas toutes les normes de sécurité.

Une vétusté évidente en serait la cause
Depuis l’incendie, l’immeuble est dans le noir. Les agents d’Aes Sonel ont rapporté que sur l’ensemble des personnes qui occupent les locaux, à peine la moitié est officiellement abonnée. On ne pourrait par conséquent pas aussi exclure qu’un court circuit lié à un branchement clandestin soit la cause du sinistre. L’immeuble connaît aussi des problèmes d’eau. Mais en ce qui concerne ces problèmes, les avis sont partagés. Certains locataires ont de l’eau courante, et d’autres disent s’approvisionner dans une borne-fontaine au rez-de-chaussée. Interrogé sur la question, le gestionnaire de l’immeuble ne nie aucune des limites du bâtiment. Il en attribue la responsabilité aux locataires. Peu d’entre eux s’acquitteraient de leurs loyers. La situation rend difficile tout plan d’entretien. Il reconnaît aussi que les ascenseurs sont en panne depuis 10 ans.

Une enquête a été ouverte
Le bâtiment de 15 étages abrite des cabinets d’avocats, d’huissiers, des assurances et des rédactions de médias privés, qui ont du mal à paraître sérieux aux yeux de leurs clientèles, en raison de la vétusté des locaux. Placé sous liquidation judiciaire depuis de nombreuses années, l’immeuble Shell a un statut juridique instable. Cette situation ne lui permet pas d’avoir une gestion normale. Il n’a donc pas de véritable contrat d’assurance, de maintenance, et autres. Les autorités du ministère de finances approchées n’ont pas souhaité s’exprimer sur la question. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l’incident et dégager les éventuelles responsabilités. L’immeuble Shell fait partie de ces casse-têtes camerounais sur lesquels personne ne veut se frotter

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut