Politique › Institutionnel

Indice de Corruption: Le Cameroun stable en bas du classement

Transparency International dans son dernier rapport classe une fois encore le pays à 146ème place

Toujours parmi les derniers.
Transparency International a publié mardi 26 octobre dernier, son indice de perception de la Corruption, IPC 2010, un classement évaluant 178 pays en fonction de la perception du niveau de corruption affectant leur administration publique et la classe politique. Dans cette édition 2010, près des trois quarts des pays évalués ont un score inférieur à 5, sur une échelle allant de 0 (haut niveau de corruption perçu) à 10 (haut niveau d’intégrité perçu). Le Cameroun occupe le 146e rang sur 178 pays classés, avec une note de 2,2 sur 10. Une contre-performance, parce que l’an dernier, il avait le même rang mais sur 180 pays répertoriés. Réagissant à cette information, le président de la section Transparency International au Cameroun, Maître Akere Muna, a fait savoir que ce résultat indique clairement la nécessité pour les autorités de créer une « autorité indépendante » pour lutter efficacement contre la corruption.

Tant que le Cameroun n’a pas mis sur pied une stratégie de lutte contre la corruption, il ne peut pas s’en sortir. Une autorité indépendante (de lutte contre la corruption) du point de vue politique et matériel doit être mise en place.
Me Akere Muna, président de la section Transparency International Cameroun

Faisant référence à la commission nationale anti-corruption, Monsieur Muna a fait savoir que placé comme elle l’est sous l’autorité du président Paul Biya qui en nomme les membres, l’organe qui est tenu de lui adresser ses rapports d’enquête sur les actes de corruption et qui reçoit des subventions gouvernementales pour mener ses activités, ne peut véritablement pas prétendre à une autonomie. Ces chiffres de l’organisation non gouvernementale Transparency international confortent ceux issus du recensement général des entreprises, réalisé par l’institut nationale de la statistique de au Cameroun.

Et pourtant de nombreuses actions sont menées
Interrogés sur les facteurs freinant les projets d’investissement au Cameroun, 50,6% des patrons camerounais indiquent la corruption qui est juste derrière la pression fiscale. Pressé par les bailleurs de fonds internationaux, le Cameroun avait lancé en 2004 une opération de lutte contre la corruption dans le cadre de laquelle plusieurs personnalités ont déjà été arrêtées et condamnées, pour certaines à de lourdes peines d’emprisonnement. D’autres continuent de passer devant les juridictions. Malgré ces efforts pourtant, l’amélioration de l’indice de perception de corruption reste très faible. Une situation que Paul Biya lui-même reconnait.

Les sanctions sont régulièrement prises dans l’Administration contre ceux qui se rendent coupables de pratiques de corruption ou de fraude. Mais le mal est profond. C’est pourquoi, à la répression nous associons la sensibilisation, à travers les campagnes de communication des différentes structures de lutte contre la corruption que nous avons créée, à l’instar de la Commission nationale de lutte anticorruption (CONAC), de l’Agence nationale d’investigation financière (ANIF), de la Chambre des comptes.
Paul Biya, président du Cameroun, Journal les Afriques

De nombreux observateurs pensent pour leur part, que même si la responsabilité dans l’amélioration de l’indice de perception de corruption revient à l’Etat, de nombreux citoyens au Cameroun favorisent une situation qui profite à beaucoup. Les professeurs ne partent pas sur les lieux d’affectation, mais perçoivent des salaires, des personnes touchant des frais de mission et ne les font pas ou les font mal, les infirmiers s’occupent de celui qui ont de l’argent, des fonctionnaires cachent des informations utiles pour le public. De nombreux exemples de ce type peuvent être répertoriés. Il serait bien difficile de mettre tout ce monde-là dans les prisons


google-images.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut