Afrique du Sud : plus de 330 morts dans les violences de la mi-juillet

Pas d'image

L’incarcération de l’ex-président Jacob Zuma a déclenché, mi-juillet, des émeutes et des pillages qui ont dégénéré dans les pires violences depuis la fin de l’apartheid, faisant un total de 337 morts, ont annoncé, jeudi, les autorités.
L’Afrique du Sud continue de compter ses morts après les manifestations meurtrières de la mi-juillet. Le gouvernement sud-africain a annoncé, jeudi 22 juillet, que les violences qui ont secoué le pays ont fait un total de 337 morts, soit 61 morts de plus que le bilan précédent. « La police sud-africaine a révisé le nombre total de décès » dans la région de Johannesburg à 79 et dans la province du Kwazulu-Natal (KZN, Est) à 258 dans le cadre de ces violences », a annoncé la ministre Khumbudzo Ntshavheni, attribuant une partie de cette hausse à des « blessés ayant succombé à leurs blessures ». Des corps sont aussi retrouvés ici ou là dans des bâtiments, hangars ou sites industriels qui ont flambé autour du port de Durban et dont le déblaiement commence tout juste.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé