Au Soudan, un manifestant anti-putsch et un général de police tués

Pas d'image

Un manifestant anti-putsch et un général de police ont été tués jeudi lors de nouvelles manifestations à Khartoum contre le coup d’Etat, faisant redouter une nouvelle flambée de violence dans le pays quelques jours après le lancement d’un dialogue sous l’égide de l’ONU.

Le 25 octobre, le chef des autorités de transition, le général Abdel Fattah al-Burhane, menait un coup d’Etat. Depuis, la rue ne cesse de le conspuer. Et les forces de sécurité de réprimer les manifestants, avec déjà 64 morts dans leurs rangs, selon des médecins proches des contestataires.

Le dernier en date, jeudi, a été tué « d’une balle au ventre » lors de nouvelles manifestations dans la banlieue nord de Khartoum, ont rapporté ces médecins.

Plus tôt dans l’après-midi, la police, qui fait régulièrement état de dizaines de blessés dans ses rangs, a annoncé pour la première fois la mort d’un de ses généraux. Il a été « poignardé à mort par des groupes de manifestants » à Khartoum, a précisé son porte-parole Idriss Abdallah Idriss.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé